Accueil > Musique > 2009 > Keiki - Waltham Holy Cross

Keiki - Waltham Holy Cross

mercredi 9 décembre 2009, par Marc

Retour d’un Jeunes


Nouvelle étape dans la découverte de groupes de chez nous ou presque. Commençons par les éléments plus biographiques comme ça c’est fait. Keiki est un groupe au line-up très en phase avec son époque parce qu’il est un duo ‘elle et lui’ dont la liste est longue avec des réussites manifestes. Elle c’est Dominique Van Capellen et lui c’est Raphael Rastelli. Pour ceux à qui comme moi ça évoque de bons souvenirs potaches, il est un des fondateurs des Jeunes, groupe trasho-wallon des années ’90 sur le collectif La Famille (Brochettes, Slugs, René Binamé, ce genre). Ah oui, Waltham Holy Cross est leur second album.

Les réactions face aux tentatives de classifications sont parfois étranges. Une riposte classique consiste à nier en bloc. Les groupes de post-rock n’aiment en effet pas qu’on dise qu’ils font du post-rock (étiquette fort vague j’en conviens). Ici, ils ont décidé de s’octroyer un genre un peu farfelu pour qu’on soit obligé d’aller plus loin. En effet, parler de satanic pop n’a pas beaucoup de sens (sauf pour pour Marylin Manson ?). A l’analyse, qu’en est-il ?

Ma première pensée (genre après 10 secondes de la première écoute) c’est évidemment PJ Harvey. Et puis avant même la fin de ce premier titre, on s’est rendu compte qu’on n’évitera pas la comparaison mais qu’on aura autre chose aussi, ce qui est bienvenu question variété.

Pour l’auditeur moyen que je suis, c’est la voix qui est le point central. J’y ai retrouvé des accents de Siouxie, voir des Long Blondes (Rainbow Cheese) quand elle se fait plus insistante. Cette dernière référence n’a pourtant pas l’air de faire partie de leurs influences revendiquées. Que des références haut de gamme donc et c’est ce qui peut leur conférer un intérêt.

Plaisant n’est sans doute pas le mot le plus évident à appliquer à cet album. Pourtant, venu d’un peu nulle part, il m’a donné en toute simplicité ma dose mensuelle de six-cordes. C’est parfois un peu primaire (c’est le but notez bien) mais reconnaissons qu’ils manient avec aisance la caresse et la classe (Vital). Donc le line-up réduit impose cette âpreté et si le manque de basse par exemple, s’il n’est pas rédhibitoire, c’est un peu rude pour la relative chochotte musicale que je suis (parfois). Pour le reste, une boite à rythme emballe le tout et des touches de theremin viennent apporter un peu de subtilité.

Mais tout ne se fait pas obligatoirement le doigt dans la prise. Les petits arpèges de Tiny White Flower par exemple amènent une diversion bienvenue. A l’opposé, il y a aussi du pur bruitisme heureusement en format court (L’institut du Sang).

Ce qu’on peut espérer pour eux ? De ne pas perdre la foi, d’offrir des morceaux plus immédiats sans perdre leur côté nerveux. Un virage à la The Kills donc ? On n’en est pas là mais ça serait top, non ? La voix en tout cas a un potentiel plus qu’évident

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)