Accueil > Musique > 2009 > Keiki - Waltham Holy Cross

Keiki - Waltham Holy Cross

mercredi 9 décembre 2009, par Marc

Retour d’un Jeunes


Nouvelle étape dans la découverte de groupes de chez nous ou presque. Commençons par les éléments plus biographiques comme ça c’est fait. Keiki est un groupe au line-up très en phase avec son époque parce qu’il est un duo ‘elle et lui’ dont la liste est longue avec des réussites manifestes. Elle c’est Dominique Van Capellen et lui c’est Raphael Rastelli. Pour ceux à qui comme moi ça évoque de bons souvenirs potaches, il est un des fondateurs des Jeunes, groupe trasho-wallon des années ’90 sur le collectif La Famille (Brochettes, Slugs, René Binamé, ce genre). Ah oui, Waltham Holy Cross est leur second album.

Les réactions face aux tentatives de classifications sont parfois étranges. Une riposte classique consiste à nier en bloc. Les groupes de post-rock n’aiment en effet pas qu’on dise qu’ils font du post-rock (étiquette fort vague j’en conviens). Ici, ils ont décidé de s’octroyer un genre un peu farfelu pour qu’on soit obligé d’aller plus loin. En effet, parler de satanic pop n’a pas beaucoup de sens (sauf pour pour Marylin Manson ?). A l’analyse, qu’en est-il ?

Ma première pensée (genre après 10 secondes de la première écoute) c’est évidemment PJ Harvey. Et puis avant même la fin de ce premier titre, on s’est rendu compte qu’on n’évitera pas la comparaison mais qu’on aura autre chose aussi, ce qui est bienvenu question variété.

Pour l’auditeur moyen que je suis, c’est la voix qui est le point central. J’y ai retrouvé des accents de Siouxie, voir des Long Blondes (Rainbow Cheese) quand elle se fait plus insistante. Cette dernière référence n’a pourtant pas l’air de faire partie de leurs influences revendiquées. Que des références haut de gamme donc et c’est ce qui peut leur conférer un intérêt.

Plaisant n’est sans doute pas le mot le plus évident à appliquer à cet album. Pourtant, venu d’un peu nulle part, il m’a donné en toute simplicité ma dose mensuelle de six-cordes. C’est parfois un peu primaire (c’est le but notez bien) mais reconnaissons qu’ils manient avec aisance la caresse et la classe (Vital). Donc le line-up réduit impose cette âpreté et si le manque de basse par exemple, s’il n’est pas rédhibitoire, c’est un peu rude pour la relative chochotte musicale que je suis (parfois). Pour le reste, une boite à rythme emballe le tout et des touches de theremin viennent apporter un peu de subtilité.

Mais tout ne se fait pas obligatoirement le doigt dans la prise. Les petits arpèges de Tiny White Flower par exemple amènent une diversion bienvenue. A l’opposé, il y a aussi du pur bruitisme heureusement en format court (L’institut du Sang).

Ce qu’on peut espérer pour eux ? De ne pas perdre la foi, d’offrir des morceaux plus immédiats sans perdre leur côté nerveux. Un virage à la The Kills donc ? On n’en est pas là mais ça serait top, non ? La voix en tout cas a un potentiel plus qu’évident

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)