Accueil > Musique > 2009 > The Album - EP

The Album - EP

dimanche 22 novembre 2009, par Marc

Lancement


Dans la grande famille des combines pour ne jamais se faire débusquer par Google, en voici une nouvelle : appeler son groupe The Album. C’est la solution de discrétion trouvée par ce duo belge, formé de David et Yann (ancien d’Austin Lace).

Comme souvent chez un groupe à l’histoire récente (il s’est formé en 2008), on retrouve dans ces 5 titres plein d’influences, parfois disparates, mais générant une belle variété. Il faut donc aborder l’écoute en ayant résolument le regard porté sur le futur, celui qui verra le tri, la direction première. Parce qu’il y a pas mal d’influences et d’idées là-dessous. Comme chez pas mal de formations du moment, on peut croiser un mélange de volonté pop et de son plus brut. Ce n’est pas aussi poussé et univoque que chez Girls par exemple. Mais cet entre-deux, qui pourrait passer pour de l’indécision, crée un mélange réussi. C’est ainsi que Vicious Eyes fait bien de ne pas choisir entre la balade qui pourrait résister à un traitement complètement acoustique et le brouillard sonore. On sent en ça leur gout pour une certaine forme d’indie (celui des nineties) qu’on retrouve en filigrane au long de ces 5 morceaux.

A l’inverse, certaines guitares ne et cristallines. Celles de Go Ahead Cry semblent sorties de groupes comme The Smiths ou autres Chameleons. Et on retrouve un gimmick ensoleillé pour relancer Hard Rocks. Mais j’aurais aimé une explosion plus franche, plus africaine encore, comme le réussissent Vampire Weekend, The Very Best ou Yeasayer dans un genre proche. Il y a sans doute une voie à creuser par-là.

Je m’en voudrais de passer sous silence qu’ils ont été lauréats chez Pure Demo, la plate-forme de découvertes de la radio Pure Fm. C’est déjà une petite référence qu’ils se sont offert là.

Ceci est un premier Ep d’un duo. Il y a encore beaucoup de pistes, beaucoup de choix importants à faire, un tri nécessaire mais je pense que The Album est à suivre. Parce qu’au bout du compte, c’est leurs inclinations de musiciens qui devront rencontrer nos inclinations d’auditeurs passionnés. Ce site est fait pour ça.

_http://www.myspace.com/thealbumtheband

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)