Accueil > Musique > 2009 > Beak> - Beak>

Beak> - Beak>

mercredi 16 décembre 2009, par Marc

Bristol sous la glace


Au risque de répéter une information un peu usée, Beak> est un trio de Bristol qui compte en son sein le fameux Geoff Barrow. Pour les plus jeunes, il était la tête pensante de Portishead, groupe immense qui est revenu l’an passé pour un album digne qu’on n’osait plus attendre.

Fans transis de la voix d’oisillon blessé de Beth Gibbons, prenez garde, ceci est bien plus aride, expérimental. On retrouve parfois les ambiances pesantes de Third mais les à la place de ces tellement touchantes vocalises on a des voix en retrait qui gémissent. Par exemple, Pill est rendu inutilement aride par sa à sa répétition et à sa voix maladive, plutôt modulée comme un gémissement lugubre.

C’est évidemment du côté du Krautrock qu’il faudra lorgner pour trouver des repères. C’est parfaitement assumé de leur part mais si les moyens modernes permettent un son aux petits oignons, il manque pour moi la fièvre ou la folie d’un Tago Mago ou Ege Bamyasi (deux des nombreux indispensables albums de Can). Evidemment, avec la basse bondissante et tendue de I Know ou Iron Action, l’intérêt monte d’un cran. Même si le chant, encore une fois, n’apporte presque rien. C’est très répétitif, donc il faut de la part de l’auditeur une dose d’abandon et ce sera hypnotique ou casse-bonbons selon l’humeur, avec une tendance vers la première réaction pour ces deux titres. On attendra parfois en vain un peu de variation, du grain à moudre pour la basse dont le son est quand même trop typique

Parce que souvent, cet album produit un certain ennui dans un monde froid, robotique, assez désincarné. C’est évidemment voulu, mais j’ai parfois eu l’impression qu’on avait laissé les machines en roue libre pour faire le boulot. Mais il y a des percées vers un embryon de post-rock minimaliste sur Battery Point. Ou alors ils se contentent de l’illusion de puissance en faisant débouler une grosse guitare sur Ham Green pour livrer un embryon de riff lourd. Arrivent alors des claviers épars et puis tout se calme pour faire croire qu’on vient de vivre un grand moment d’intensité. En fait, dans le genre lugubre, ça le fait mais pour l’intensité, on repassera.

Mais tout n’est pas si négatif et on pourra se laisser gagner par l’engageante entrée en matière que constitue Blackwell. Mais, ceci étant une remarque strictement personnelle, je préfère l’euphorie d’un Caribou qui repose sur des bases historiques assez similaires. C’est pour ça qu’on se réjouit du réchauffement de l’atmosphère opéré par Blagdon Lake. On reste donc loin de l’effet produit par certains Fuck Buttons qui sortent eux aussi du grand chaudron de Bristol.

Il y a donc alternance de choses intéressantes et plus absconses (jamais accroché à Dundry Hill), avec cette désagréable sensation d’être soi-même chargé du tri sélectif, et que tout est potentiellement intéressant (ce qui n’est pas le cas). Quand on termine un album, il faut se poser la question de ce qu’on en a retenu, de ce qu’il nous a apporté par rapport à nos ententes. Quand aucun morceau marquant n’a pointé le bout de son nez on est évidemment un peu frustré. Si l’écoute n’est pas une torture (manquerait plus que ça, quoique Barrow Gurney gagne haut la main le prix du morceau le plus insupportable de l’année), ces tripatouillages austères peuvent sans doute plaire pour d’indéniables qualités d’ambiance, mais j’ai eu tout au long de l’écoute l’impression de ne pas avoir été invité. Je suis donc sorti discrètement sur la pointe des pieds.

http://www.myspace.com/beak2009

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Beak> - Beak> 16 décembre 2009 17:52, par Laurent

    C’est exactement ça. Ce disque, du reste potable, présente tous les atours du boeuf entre amis (rien que le titre : "Recrdings 05/01/09 > 17/01/09", si ma mémoire des chiffres est bonne), et nous sommes tout au plus autorisés à y jeter une oreille. Un peu le concept de la real TV élargi à la musique (mais ça existait déjà ça, ça s’appelle la Starac - ah bon ?)...

    repondre message

  • Beak> - Beak> 5 janvier 2010 12:49, par Yann Lebout

    Oui, j’avais lu cette critique, Beak> est dans ma liste des albums à écouter... J’attends qu’il soit disponible à la médiathèque.

    A plus

    repondre message

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)