Accueil > Critiques > 2009

Beak> - Beak>

mercredi 16 décembre 2009, par marc

Bristol sous la glace


Au risque de répéter une information un peu usée, Beak> est un trio de Bristol qui compte en son sein le fameux Geoff Barrow. Pour les plus jeunes, il était la tête pensante de Portishead, groupe immense qui est revenu l’an passé pour un album digne qu’on n’osait plus attendre.

Fans transis de la voix d’oisillon blessé de Beth Gibbons, prenez garde, ceci est bien plus aride, expérimental. On retrouve parfois les ambiances pesantes de Third mais les à la place de ces tellement touchantes vocalises on a des voix en retrait qui gémissent. Par exemple, Pill est rendu inutilement aride par sa à sa répétition et à sa voix maladive, plutôt modulée comme un gémissement lugubre.

C’est évidemment du côté du Krautrock qu’il faudra lorgner pour trouver des repères. C’est parfaitement assumé de leur part mais si les moyens modernes permettent un son aux petits oignons, il manque pour moi la fièvre ou la folie d’un Tago Mago ou Ege Bamyasi (deux des nombreux indispensables albums de Can). Evidemment, avec la basse bondissante et tendue de I Know ou Iron Action, l’intérêt monte d’un cran. Même si le chant, encore une fois, n’apporte presque rien. C’est très répétitif, donc il faut de la part de l’auditeur une dose d’abandon et ce sera hypnotique ou casse-bonbons selon l’humeur, avec une tendance vers la première réaction pour ces deux titres. On attendra parfois en vain un peu de variation, du grain à moudre pour la basse dont le son est quand même trop typique

Parce que souvent, cet album produit un certain ennui dans un monde froid, robotique, assez désincarné. C’est évidemment voulu, mais j’ai parfois eu l’impression qu’on avait laissé les machines en roue libre pour faire le boulot. Mais il y a des percées vers un embryon de post-rock minimaliste sur Battery Point. Ou alors ils se contentent de l’illusion de puissance en faisant débouler une grosse guitare sur Ham Green pour livrer un embryon de riff lourd. Arrivent alors des claviers épars et puis tout se calme pour faire croire qu’on vient de vivre un grand moment d’intensité. En fait, dans le genre lugubre, ça le fait mais pour l’intensité, on repassera.

Mais tout n’est pas si négatif et on pourra se laisser gagner par l’engageante entrée en matière que constitue Blackwell. Mais, ceci étant une remarque strictement personnelle, je préfère l’euphorie d’un Caribou qui repose sur des bases historiques assez similaires. C’est pour ça qu’on se réjouit du réchauffement de l’atmosphère opéré par Blagdon Lake. On reste donc loin de l’effet produit par certains Fuck Buttons qui sortent eux aussi du grand chaudron de Bristol.

Il y a donc alternance de choses intéressantes et plus absconses (jamais accroché à Dundry Hill), avec cette désagréable sensation d’être soi-même chargé du tri sélectif, et que tout est potentiellement intéressant (ce qui n’est pas le cas). Quand on termine un album, il faut se poser la question de ce qu’on en a retenu, de ce qu’il nous a apporté par rapport à nos ententes. Quand aucun morceau marquant n’a pointé le bout de son nez on est évidemment un peu frustré. Si l’écoute n’est pas une torture (manquerait plus que ça, quoique Barrow Gurney gagne haut la main le prix du morceau le plus insupportable de l’année), ces tripatouillages austères peuvent sans doute plaire pour d’indéniables qualités d’ambiance, mais j’ai eu tout au long de l’écoute l’impression de ne pas avoir été invité. Je suis donc sorti discrètement sur la pointe des pieds.

http://www.myspace.com/beak2009

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Beak> - Beak> 16 décembre 2009 17:52, par Laurent

    C’est exactement ça. Ce disque, du reste potable, présente tous les atours du boeuf entre amis (rien que le titre : "Recrdings 05/01/09 > 17/01/09", si ma mémoire des chiffres est bonne), et nous sommes tout au plus autorisés à y jeter une oreille. Un peu le concept de la real TV élargi à la musique (mais ça existait déjà ça, ça s’appelle la Starac - ah bon ?)...

    repondre message

  • Beak> - Beak> 5 janvier 2010 12:49, par Yann Lebout

    Oui, j’avais lu cette critique, Beak> est dans ma liste des albums à écouter... J’attends qu’il soit disponible à la médiathèque.

    A plus

    repondre message

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)