Accueil > Critiques > 2009

Fitzcarraldo Sessions - We Hear Voices

dimanche 20 décembre 2009, par marc

L’abondance de biens enchante


Manquer l’album de l’année, rater la révélation dans le flot des conseils ? Je n’ai plus cette angoisse cette année. Advienne que pourra. Le temps n’est pas élastique et personne n’a pu trôner de façon indiscutable. Je me suis quand même laissé influencer par un commentaire répété de Laurent qui a rarement failli à sa tâche de défricheur. Etrange d’ailleurs qu’au vu des forces en présence il n’ait pas été fait plus de bruit autour de cet album.

En général, ce genre de projet ressemble souvent à une compile et est traditionnellement une plaie à résumer, tant il faut citer de forces en présence et juger du caractère hétéroclite du résultat. Un Variety Lab par exemple a pâti de la qualité moindre du projet et de collaborateurs moins à leur aise. C’est encore le cas ici mais je vais prendre mon mal en patience tant il y a des raisons de s’enthousiasmer au final.

Mais prenons les choses depuis le début. Jack The Ripper était un groupe français dont le chanteur est absent ici. C’est donc logiquement vers l’extérieur qu’ils se sont tournés pour trouver des organes vocaux susceptibles d’apporter une vraie personnalité pour un projet pas vraiment connoté localement. On pense d’ailleurs assez vite à la fructueuse collaboration entre Thee Silver Mt Zion et Vic Chesnutt puisqu’ici ce sont les enluminures de violon qui donnent le liant entre les morceaux. On a donc une formation protéiforme, pouvant rivaliser avec un Calexico dans le role de backing-band impeccable et pas envahissant. On retrouve d’ailleurs leur chanteur le temps d’un As You Slip Away presque obligatoirement bon.

Dans le détail, le morceau de Moriarty se place comme un de leurs bonnes livraisons, leur folk enlevé étant extrêmement compatible avec l’exercice. On se dit qu’on verrait d’un bon œil qu’ils donnent un successeur à leur album sorti il y deux ans et déjà bien usé en concert. Phoebe Killdeer est dans la même veine, en plus léger et plus dispensable cependant. Dominique A et Stuart Staples sont deux de mes chanteurs préférés et leurs interprétations sont sans surprise des faits marquants. La ligne de violon qui souligne Les Méfiants avec Stuart Staples fait partie de celles qui laissent des traces. Ils en ont mis une sur le très tendu et vraiment prenant L’instable qui voit Dominique se pousser dans des retranchements qu’il fréquente peu. Notons pour l’anecdote qu’ils étaient tous les deux présents sur l’album Les Retrouvailles d’un Yann Tiersen au carnet d’adresses bien fourni aussi.

Il faut un peu plus de temps pour que toutes les chansons (oui, toutes…) percolent et distillent leur charme, parce que ce charme est différent à chaque fois. De la pop lumineuse d’Animosity au rock de bastringue de Lips of Oblivion (avec Blaine Reininger de Tuxedomoon) en passant par les chœurs à la Sparks d’I, Ignorist. Pas du chef d’œuvre à chaque coup peut-être, mais rien qui ne sera zappé, fait assez remarquable pour être signalé. Et puis si je n’ai pas tout de suite cédé au charme de la voix de 21 Love Hotel qui interprète Drawing Down The Water, la fin qui évoque Godspeed You ! Black Emperor, pendage de mâchoire compris, m’a rapidement fait changer d’avis.

Les français qui chantent en anglais ont des accents de français qui chantent en anglais. C’est implacable de logique mais c’est ma petite réticence sur le morceau de Syd Matters (c’est quand même fort bon). El Hijo Migala est dans le même cas notez bien pour son morceau qui m’a évoqué Black Heart Procession. Il y a pire comme évocation, vous en conviendrez. A tel point qu’il faudra sans doute creuser cette discographie-là.

Comme je l’ai déjà dit, l’exercice du featuring à rallonge n’est pas de que je préfère, ni comme auditeur ni comme scribouillard. Mais comme la cohérence des ambiances est là, qu’aucun des intervenants ne vient tirer ce We Hear Voices vers le bas et que les hauts faits sont vraiment épatants, les amateurs de n’importe lequel des artistes présents auront tout intérêt à partager ce plaisir de découverte.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Fitzcarraldo Sessions - We Hear Voices 22 décembre 2009 08:30, par Laurent

    En te remerciant pour cette fort jolie chronique. J’ai aussi généralement du mal avec les francophones trop anglophiles pour être honnêtes. Ça donne bien trop de groupes de rock wallons pathétiques. Syd Matters n’a jamais vraiment été ma tasse de thé mais son Waves me subjugue tant et tant que je me suis mis en tête de me réintéresser à sa discographie. Surtout, surtout, il y a la puissance de Dominque A (assez malin pour ne pas se frotter à l’exercice de la pronciation de "My tailor is rich") et cet Instable qui trône comme son sommet de 2009, année faste pour le Français qui s’était déjà démarqué sur les albums de Fedaden et Saule (sans compter son chef-d’oeuvre bi-annuel).

    repondre message

    • Fitzcarraldo Sessions - We Hear Voices 26 décembre 2009 15:32, par marc

      Il existe plusieurs preuves enregistrées que Dominique A est plus à l’aise dans sa langue d’origine. A ce propos, il montre une belle versatilité, pouvant aussi bien créer seul (son dernier album, La Fossette), qu’être convaincant en collaboration, comme ici, ou avec Oslo Telescopic ou autres Yann Tiersen. Il serait pas un peu doué le garçon ?

      repondre message

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)