Accueil > Musique > 2009 > The So So Glos - Tourism/Terrorism

The So So Glos - Tourism/Terrorism

lundi 28 décembre 2009, par Marc

Sur l’instant


Cette fois, je pense que c’est vraiment la dernière critique de cette longue année (c’est ma 112ème). Et on la termine dans l’énergie. Et la joie qui en découle.

Parce que ce groupe de Brooklyn produit un joyeux bordel qui provient de la conjonction d’un rock poisseux et d’un son indie. Avec un bon esprit en sus et une influence anglaise indéniable. Alors oui, c’est de la chouette musique de sales gamins dont les références obligatoires pour ceux qui comme moi en manquent en la matière, les Libertines et Clash. L’allusion aux premiers est encore plus patente quand le tempo se ralentit sur Love Or Empire. Et le spectre des seconds ressurgit le temps d’un Isn’t It A Shame.

La voix éraillée peut aussi faire penser au folk fort énervé de Two Gallants (Throw Your Hands Up). Leur force de frappe, forcément un peu cra-cra se trouve dans ces morceaux. On pense donc aux premiers morceaux des Libertines, sans peut-être l’occasionnel génie mais sans l’obligation de génuflexion devant l’orthodoxie indie. Parce que ce groupe-ci sort de nulle part avec un album sorti il y a belle lurette en auto-production et qui n’a pas vraiment eu d’écho retentissant. Et c’est un peu dommage parce que ces petits albums sont vraiment indispensables. Pas pour les ressortir en 2023 avec une patine prestigieuse, mais parce que c’est cet esprit-là qu’on aime titiller de temps en temps.

Imaginez un Rural Alberta Advantage qui mettrait de la disto, tout en gardant son sens mélodique affirmé. On a donc de petits hymnes beuglés avec une belle santé avant qu’une guitare acérée vienne porter l’estocade (Execution). Mais ce très court album (ou long EP, la différence n’a pas d’mportance) ménage aussi bien des moments de respiration comme les deux versions de There’s A War que des sorties de leur format compact pour prendre un peu d’ampleur sur Underneath The Universe.

J’ai cette habitude de m’attacher aux albums avec le temps, de les incorporer progressivement à mes habitudes. Tourism/Terrorism est un petit disque nerveux à souhait sur lequel pour une fois on n’a pas envie de faire des caisses, mais simplement recommander à ceux qui comme moi ont besoin d’une petite pastille vivifiante de temps en temps, quitte à l’oublier peu après.

http://underneath-the-universe.blogspot.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)