Accueil > Musique > 2010 > Owen Pallett - Heartland

Owen Pallett - Heartland

jeudi 14 janvier 2010, par Marc

Lewis il est super fort.


Quand vous choisissez un nom trop courant pour désigner votre projet, le risque n’est pas nul de devoir vous adapter. C’est ce qui est arrivé à Owen Pallett qui a repris son vrai nom pour ne pas être confondu au Japon (où il compte être distribué) avec le célèbre jeu auquel il avait trouvé opportun d’emprunter son nom. Ce n’est pas grave, on savait qui se cachait sous Final Fantasy depuis le début. Enfin, depuis que je l’avais vu sur la scène du Cirque Royal. Comme déjà souvent évoqué, il s’agissait pour lui d’ouvrir le bal pour un concert mémorable d’Arcade Fire, qu’il a rejoint sur scène, lui qui avait participé aux arrangements.

C’est d’ailleurs en tant qu’arrangeur qu’il s’est particulièrement distingué depuis. Pour les deux albums d’Arcade Fire évidemment , Beirut aussi, mais aussi pour les somptueuses cordes des Last Shadow Puppets. Il peut aussi bien collaborer avec les Pet Shop Boys ou Mika. Polyvalent donc. Et aussi omnipotent, parce qu’on sent sur cet album comme sur ses autres une direction. Notons pour ceux qui aiment ces précisions que le batteur d’Arcade Fire Jeremy Gara est de la partie, ainsi qu’un orchestre symphonique tchèque (sisi). Ah oui, le thème est selon ses dires « un fermier nommé Lewis et le monde fictif de Spectrum. Les chansons sont une partie d’un dialogue entre Lewis et son créateur ». Voilà, c’est dit.

Le premier contact avec l’album est donc étrangement difficile. Alors que certains morceaux, vus exécutés en direct live (à Belfast, lire ici) donnaient une grosse envie de les retrouver gravés sur cd pour pouvoir en faire tranquillement le tour. Mais rien à faire, c’est un peu touffu, étouffant, même quand l’envie est là. La solution est simple : écouter, encore écouter, se laisser prendre par la main pour que cet album complexe mais fondamentalement brillant puisse infuser. Et là, je me souviens pourquoi, par exemple, l’album précédent avait été mon album de l’année 2006.

En concert, les gimmicks d’un The Great Elsewhere sont plus immédiats, moins noyés, et m’avaient plu dès la première écoute. Comme c’est plus alambiqué ici, il faudra plus de temps pour que cette étrange conjonction de rythmes, de violons en couches, de piano rythmique. Mais ce morceau se révèlera vraiment très grand, ample, et sans doute insensible à la lassitude. La porte d’entrée Midnight Directives n’étant pas la plus facile à cerner d’ailleurs. Parce que si en écoute distraite les composants peuvent paraitre hétérogènes, une écoute attentive en révèle tous les recoins secrets. Il faut dire aussi qu’il est un peu irrégulier, comme sur ses œuvres précédentes. C’est ce qui rend ses albums parfois plus difficiles. Malgré toutes ces considérations, certains morceaux m’ont semblé manquer de relief, comme Tryst With Mephistopheles. Sans doute une position en fin d’album riche est-elle aussi en cause.

Pour l’inratable décollage, allez voir du côté de Lewis Takes Off His shirt. Parce que l’entêtement clavier en boucle permet de créer la tension, laquelle sera exultée par les violons dans des bribes de phrase (ici, c’est le I’m Never Gonna Give It To You) jusqu’au point de rupture. Voilà, vous êtes rentrés dans cet Heartland par la grande porte. On retrouve là ce qui marchait chez This Is The Dream Of Win And Regine.

Contrairement à un Andrew Bird par exemple, Owen est plus un brillant arrangeur qui s’exprime par surgissements qu’un singer-songwriter classique. Ce qui fait que ses productions personnelles sont plus fouillées, moins lumineuses. Plus tordues aussi que les douceurs d’un Sufjan Stevens. Mais dans la dernière génération d’arrangeurs de talent qui font de leur ornement la substance de leurs compositions, Owen est un mètre-étalon inévitable. Il m’a fallu un certain temps pour me convaincre que ces chansons-là voulaient aller quelque part mais j’ai bien dû me rendre à l’évidence, Owen fait toujours partie de mes artistes préférés. Frottez-vous donc à ce brillant troisième album qui ne le réinvente pas mais qui le suit au plus profond de son talent.

http://finalfantasyeternal.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

8 Messages

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)