Accueil > Critiques > 2004

Depeche Mode : Remixes 81-04

jeudi 10 août 2006, par marc


Un album de remixes est par définition quelque chose de superflu. Les remixes permettent aussi de pouvoir profiter de nouveau de morceaux par trop écoutés.

Qui aurait parie une roupie sur ce collectif de garçons coiffeurs au déhanchement ridicule (songez au clip de Just can’t get enough) au seuil des années ’80 ? C’est le temps (et le public et l’inspiration) qui a permis à ce groupe de devenir une référence.

Rassurez-vous tout de suite, je ne vais pas me lancer dans une description exhaustive de ce qui distingue toutes ces versions des originales. Mais illustrons quand même par l’exemple ce à quoi vous devez vous attendre en écoutant cette riche (36 titres) compilation.
On apprend par exemple comment des versions studio ont évolué pour devenir de plus complètes versions live (Never let me down again, Just can’t get enough).

Personnal jesus par exemple se décline sur une version club du meilleur effet. C’est un ajout surprenant (mais pas extrêmement convaincant non plus) qui ajoute du sel à People are people. On retrouve aussi avec plaisir la bonne vieille version percussions brésiliennes de Shout (qui à la base n’est pas inoubliable).

Certains anciens titres vintage de 20 ans d’âge et plus tels Photographic, vieux titre revisité en 2004 par Rexx the dog prennent une nouvelle jeunesse. Les années ’80 reviennent en force surtout par le biais de l’electro et certains s’en donnent à cœur joie. Ce qui donne une reprise terroriste de Barrel of a gun par Underworld, des versions électriques (Freelove par DJ Muggs), tout est bon pour dépoussiérer les morceaux, même du breakbeat (It’s no good par Speedy J).

Il y a même des versions acoustiques (Dream on parDave Clarke). Cerains titres plus rares (Route 66) sont aussi de la partie avec des vrais morceaux de Behind The Wheel (au passage, un de leurs chefs-d’oeuvre) dedans. Trente-six titres, c’est trop pour écouter d’une traite mais il est virtuellement impossible de ne pas trouver version à son pied.
On n’a que le bien qu’on se donne. Une règle générale se dégage néanmoins : il est difficile de faire une version lente supérieure à l’originale. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)

  • LSSNS - Transit

    I know it when I see It
    Cette phrase d’un juge de la cour suprême américaine quand on lui demandait ce qu’était la pornographie peut aussi s’appliquer à certains styles musicaux, aussi faciles à identifier que compliqués à décrire. Les années ’80, ce n’est pas qu’une lointaine décennie, c’est un parfum qu’on reconnait tout de suite chez ce trio finno-allemand.
    Et il convient bien à cette pop au synthé bien (...)

  • The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie

    Le vintage années ’80 est un style qui se pratique depuis des dizaines d’années. S’il peut évidemment être pratiqué par des novices, on ne se lasse pas non plus de ceux qui ont vécu les évènements en direct. Outre les légendes Wire, il y en a d’autres qui ressurgissent du passé. Actif au milieu des années ’80, le quatuor belge est revenu aux affaires à la faveur du confinement qui les avait vus dépoussiérer (...)

  • AstraSonic - Society

    Les influences, on peut les aborder frontalement ou par la bande. Dans le cas du second album du groupe belge, si les marqueurs post-punk ou cold sont bien là, ils sont déjà très processés. On vous a déjà parlé de groupes comme Ultra Sunn (et on vous reparlera de The Ultimate Dreamers) plus frontalement cold wave ou gothique, on est plutôt ici dans un pop-rock mélancolique qui lorgne du côté d’un (...)