Accueil > Musique > 2004 > Depeche Mode : Remixes 81-04

Depeche Mode : Remixes 81-04

jeudi 10 août 2006, par Marc


Un album de remixes est par définition quelque chose de superflu. Les remixes permettent aussi de pouvoir profiter de nouveau de morceaux par trop écoutés.

Qui aurait parie une roupie sur ce collectif de garçons coiffeurs au déhanchement ridicule (songez au clip de Just can’t get enough) au seuil des années ’80 ? C’est le temps (et le public et l’inspiration) qui a permis à ce groupe de devenir une référence.

Rassurez-vous tout de suite, je ne vais pas me lancer dans une description exhaustive de ce qui distingue toutes ces versions des originales. Mais illustrons quand même par l’exemple ce à quoi vous devez vous attendre en écoutant cette riche (36 titres) compilation.
On apprend par exemple comment des versions studio ont évolué pour devenir de plus complètes versions live (Never let me down again, Just can’t get enough).

Personnal jesus par exemple se décline sur une version club du meilleur effet. C’est un ajout surprenant (mais pas extrêmement convaincant non plus) qui ajoute du sel à People are people. On retrouve aussi avec plaisir la bonne vieille version percussions brésiliennes de Shout (qui à la base n’est pas inoubliable).

Certains anciens titres vintage de 20 ans d’âge et plus tels Photographic, vieux titre revisité en 2004 par Rexx the dog prennent une nouvelle jeunesse. Les années ’80 reviennent en force surtout par le biais de l’electro et certains s’en donnent à cœur joie. Ce qui donne une reprise terroriste de Barrel of a gun par Underworld, des versions électriques (Freelove par DJ Muggs), tout est bon pour dépoussiérer les morceaux, même du breakbeat (It’s no good par Speedy J).

Il y a même des versions acoustiques (Dream on parDave Clarke). Cerains titres plus rares (Route 66) sont aussi de la partie avec des vrais morceaux de Behind The Wheel (au passage, un de leurs chefs-d’oeuvre) dedans. Trente-six titres, c’est trop pour écouter d’une traite mais il est virtuellement impossible de ne pas trouver version à son pied.
On n’a que le bien qu’on se donne. Une règle générale se dégage néanmoins : il est difficile de faire une version lente supérieure à l’originale. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membre de C’Mon Tigre dont on vous a parlé récemment) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)