Accueil > Musique > 2010 > Spoon - Transference

Spoon - Transference

jeudi 21 janvier 2010, par Marc

Jusqu’à l’os


Sans doute que je me laisse emporter par mon enthousiasme, mais ce début d’année voit le retour de tellement de choses que j’aime bien, que je ne peux m’empêcher de la placer sous de plus favorables auspices que celle qui s’achève. Et dans les groupes auxquels j’ai un certain attachement, il faut évidemment citer les Texans (d’Austin) de Spoon. Il y a sans doute une part assez difficilement explicable dans cette inclination mais je dois constater qu’elle marche à presque tous les coups.

Pas de doute dès le départ, on entend toujours un rock minimal, tendu, pas distordu, tout en finesse, qui s’insinue en vous écoute après écoute. Mais il y a moins de flamboyance ici que sur leur précédent crétinement nommé Ga Ga Ga Ga Ga et que sur leur également remarquable Gimme Fiction), pas de cuivres et peut-être est-ce moins objectivement brillant. Moins pop, moins accessible, ça l’est certainement. Ils distillent toujours de l’intensité avec peu de moyens. C’est qu’ils font sans doute aucun partie de ceux qui estiment qu’un morceau est fini quand il n’y a plus rien à enlever. A un tel point que je me suis demandé si je n’écoutais pas des maquettes de morceaux.

Rien de nouveau peut-être mais au moment de trouver d’illusoires ressemblances, on est un peu pris à court. Même si j’ai souvent pensé à l’esprit de Wire pour cette capacité à créer des morceaux addictifs à partir de presque rien. Il manque évidemment le côté précurseur historique, mais on a tout de même un groupe de référence.

Ces compositions encore plus décharnées révèlent tout le talent d’interprétation. Notamment celui du chanteur-guitariste Britt Daniel. Mais ce sont souvent les passages instrumentaux qui augmentent l’intensité. Le pont instrumental d’I Saw The Light est tout ça. Une rythmique qui martèle sans jamais s’énerver, un clavier qui souligne une guitare patiemment frottée jusqu’à l’incandescence, quitte à utiliser un peu de flange sur quelques notes un peu éparses. J’aime bien aussi la placidité d’un Nobody Gets Me But You, avec cette basse imperturbable, discoïde et très ronde, cette guitare qui se lance dans un chorus simpliste qui pourtant tape où il faut. Ce post-rock froid n’invite pas à l’exultation dansante, mais est au contraire tout en énergie rentrée et finit par fonctionner, tout comme la répétition de The Mystery Zone.

La balade au piano n’est pas l’exercice auquel on les voyait se plier un jour. Pourtant on a droit à Laura. Etrange dans l’idée en leur chef, et pas mal dans la réalisation, même si l’épanchement n’est pas à proprement parler leur domaine d’expression favori. De même, le petit supplément de mélancolie fonctionne sur Out Go The Lights.

Si vous trouvez ça ennuyeux comme un jour sans bière, je n’aurai au final presqu’aucun argument à faire valoir. Parce qu’après deux albums brillants et plus amples, Spoon se concentre sur des morceaux minimaux, secs et un peu arides. Ce n’est donc pas la meilleure manière d’aborder leur discographie vieille de quinze ans et j’ai quand même un peu galéré au milieu de toute cette sécheresse. Mais avec ce marc de musique, on prend encore mieux conscience de leur importance.

http://www.spoontheband.com
http://www.myspace.com/spoon

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

18 Messages

  • Spoon - Transference 21 janvier 2010 21:07, par roydanvers

    Mon très cher Marc,
    j’ai détesté ce disque. Je ne suis d’ailleurs pas arrivé au bout. J’ai essayé pourtant et, même si je ne suis pas du tout dépendant au houblon, j’ai trouvé cet album scandaleusement bien plus ennuyeux qu’un jour sans bière ! Moi qui comptais sur toi pour m’expliquer...

    repondre message

    • Spoon - Transference 21 janvier 2010 21:11, par roydanvers

      Ceci étant dit, je vais au concert de Good shoes mardi au Botanique. L’occasion de ne pas laisser passer cette journée sans boire une bière ensemble ?

      repondre message

      • Spoon - Transference 24 janvier 2010 15:38, par Marc

        En fait, j’ai un autre truc prévu ce soir-là. J’essaierai de boire une bière de mon côté, histoire de ne pas perdre cette journée... Bonjour chez vous !

        repondre message

    • Spoon - Transference 24 janvier 2010 15:40, par Marc

      C’est une réaction que je comprend. je l’ai trouvé un peu imbuvable au premier abord. Mais le charme a opéré quand même, presque à mon insu. Hé non, je serai bien impuissant à t’expliquer sur ce coup-là...

      repondre message

      • Spoon - Transference 4 février 2010 23:02, par roydanvers

        Mon bien cher Marc,
        suite à ton article et à ton enthousiasme qui était partagé avec d’autres, je suis allé rechercher le Spoon au fond de la corbeille et... bien m’en a pris !!! J’y ai découvert grâce à toi (à vous) quelques perles que je n’avais pas du tout repérées à la première écoute qui, je l’avoue, était bâclée... J’avais commis l’erreur de l’écouter un peu trop rapidement. Honte sur moi ! Merci à toi (vous).

        repondre message

        • Spoon - Transference 6 février 2010 18:51, par marc

          Il faut dire qu’il n’est pas aguicheur et si je ne m’étais pas autant accroché au début, j’aurais sans doute eu la même réaction déçue. Qui m’a frôlé lors des deux premières écoutes, je l’avoue

          repondre message

  • Spoon - Transference 22 janvier 2010 13:49

    Mon très cher Marc, j’adore ce disque. J’en suis d’ailleurs à la trentième écoute à 15 jours post-leak.

    Je comptais également sur toi pour m’expliquer... Tu y es arrivé avec cette phrase qui définit très bien l’oeuvre en question : "C’est qu’ils font sans doute aucun partie de ceux qui estiment qu’un morceau est fini quand il n’y a plus rien à enlever."

    I Saw The Lights est le morceau que Tom Barman essaye en vain d’écrire depuis presque 10 ans. Out Go The Lights rappelle la splendeur de certains Broken Social Scene. Got Nuffin & The Mistery Zone ont un son grandiose. Goodnight Laura est belle à pleurer. Je continue...?

    Vivement que le bel objet arrive d’outre-atlantique pour qu’il tourne et tourne encore sur ma jolie platine... Merci Spoon !

    repondre message

    • Spoon - Transference 24 janvier 2010 14:55

      Effectivement, "Transference" est bien un des meilleurs albums de Wilco à ce jour !

      repondre message

      • Spoon - Transference 24 janvier 2010 15:44, par Marc

        Heu, distraction ? allusion absconse ?

        repondre message

        • Spoon - Transference 25 janvier 2010 10:32, par Laurent

          Ah désolé, je n’avais pas signé le message précédent. Quant à son contenu, ni distraction (nous écoutons souvent les mêmes choses) ni esotérisme (tout au plus une figure de style) : je trouve simplement que le dernier disque de Spoon sonne régulièrement comme un album de Wilco, particulièrement sur The Mystery Zone ou Out Go the Lights. Sinon, je trouve l’album remarquable, malgré la tendance répétée à priver leurs chansons de "chutes", un peu comme les sketches des Robins des Bois.

          Au fait, comptes-tu chroniquer l’autre indispensable du mois, à savoir le formidable 2e These New Puritans ? Quelle tuerie... Pour Get Well Soon, je ne pose pas la question, je parie mes maxis de Venus que c’est en cours de rédaction. ;)

          À bientôt !

          repondre message

          • Spoon - Transference 25 janvier 2010 10:48, par bousval

            Laurent,

            Quel Wilco conseillerais-tu au novice que je suis ?

            repondre message

          • Spoon - Transference 25 janvier 2010 14:03, par Marc

            Hééé, Laurent de retour !

            J’avoue que je ne connais Wico que depuis le formidable A Ghost Is Born (Bousval, je te le conseille chaleureusement) et que cette comparaison ne m’a pas frappé. Sans doute par méconnaissance de ce qu’ils ont fait avant.

            Sinon, j’écoute le nouveau These New Puritans mais je ne sais pas encore si une critique suivra.

            Et puis bonne nouvelle pour tes maxis de Venus, un article sur Get Well Soon devrait arriver cette semaine.

            repondre message

            • Spoon - Transference 25 janvier 2010 22:10, par Laurent

              @ bousval

              Sans être nécessairement expert, je ne peux que recommander "Yankee Hotel Foxtrot" pour commencer. "A Ghost Is Born" est également super, et dans un registre plus classique j’aime toujours autant "Sky Blue Sky". Avec cette trilogie-là, on est paré pour les autres albums (je ne connais pas ce qu’ils ont fait avant "Summer Teeth" pour ma part).

              @ Marc

              Merci de préserver ma collection.

              repondre message

    • Spoon - Transference 24 janvier 2010 15:43, par Marc

      Bonjour dites,
      Je vois qu’on a ressenti un peu la même chose à l’écoute de l’album. Mais une fois encore, je le trouve un peu particulier. Il m’a fallu beaucoup de temps avant qu’un album comme Gimme Fiction fasse tout son effet.
      C’est quand même subjectif, une écoute (trente écoutes aussi, ceci dit).

      repondre message

      • Spoon - Transference 28 janvier 2010 09:09, par Mathusalem

        Hellooooo
        Je viens de l’écouter, d’une traite, en une seule fois....
        J’avais un peu peur d’affronter un truc trop abrupt...Ben non...
        Très agréablement surpris.
        Je t’en dis plus dans quelques temps, lorsqu’il aura bien décanté ;)
        Bonjour chez vous

        repondre message

        • Spoon - Transference 29 janvier 2010 19:05, par Mathusalem

          Et si j’y allais joyeusement, à contre courant, comme les saumons.
          Pas pour faire mon malin, nooon, j’ai passé l’âge.
          Mais tout simplement car je pense vraiment qu’en matière de Rock sec, rêche, brut, en matière de recherche d’annihilation de toute fioriture, ils auraient pu encore aller plus loin.
          Je m’empresse toutefois de te dire que cet album figure, déjà, sur une des marches de mon podium de l’année, je ne sais pas encore laquelle néanmoins.
          (Comme quoi les années se suivent et ne se ressemblent pas, mon top des hits 2009 s’étant révélé problématique jusque fin novembre).

          Que veux tu…On ne se refait pas…Ce son nu, décharné réduit à l’état de carcasse, tinte encore d’un timbre résolument Yankee…Ce qui, somme toute est dans la normalité des choses…A chacun ses racines.
          Imaginons un instant que nos petits gars de Spoon se décident à braver l’Atlantique et à soumettre leur son déjà brut de décoffrage aux gens de Rough Trade, par exemple…
          Après tout, ce ne serait pas si ridicule que ça, A Place To Bury Strangers est bien passé par Mute Records…(Label British 80’s s’il en est).
          Malheur à toi aussi d’avoir cité Wire, tu m’ouvres grandes les portes de l’écluse…Une aubaine pour un saumon comme moi !
          Car c’est bien vrai que certaines choses comme « Got Nuffin » ou « Nobody Gets Me But You » Résonnent, instrumentalement parlant, de façon assez Wiresque.
          Songeons un instant à un de ces morceaux post produit par Newman (Et quand on entend le résultat de ses tripotages de console sur l’album « Novice » de Bashung, ou le fameux « If I Die, I Die » des Virgin Prunes…On pourrait être en droit de s’attendre à quelque chose de captivant, dans le registre froid et coupant, s’entend).

          Bref, s’ils avaient pu, avec des mélodies de cet acabit, jouer un peu plus la carte du son Arty, Icy, Sharp, je t’aurais harcelé jusqu’à ce que tu leur octroies une étoile de plus.

          C’est tout le mal que je leur (Me ????) souhaite !
          Au fait le dernier Githead est dans les bacs depuis deux mois…Je dis ça hein…
          Bonjour chez vous.

          repondre message

          • Spoon - Transference 1er février 2010 21:54, par Marc

            C’est évident qu’il y a encore moyen de pousser l’intransigeance plus loin. Mais bien franchement, je ne suis pas certain de les suivre dans tous leurs délires si d’aventure ils voulaient encore évoluer vers l’épure. C’est qu’avec le recul ce qu’ils ont fait sur les deux albums précédents me plait vraiment beaucoup. Moins Wire sans doute, un peu plus glam, mais très réussi aussi. Et en concert, c’est une arme à la précision chirurgicale. Le solo d’un My Mathematical Mind est déchirant.

            En parlant de minimalisme froid, j’ai découvert les Young Marble Giants et comme prévu, c’est très grand. Sans doute moins anguleux et plus froid que cet album qui ne fait pas l’unanimité (et il y a débat, chic chic) mais vraiment attachant.

            Bonjour chez vous !

            repondre message

            • Spoon - Transference 2 février 2010 04:35, par Mathusalem

              Tu as raison,au fil des écoutes j’en viens à me dire que ce qui fait tout le charme de cet album, c’est justement, en partie, ce petit arrière goût d’outre-Atlantique qui vient émousser le fil des lames que sont ces petites chansons...
              De plus, on aurait tort de ne se focaliser que sur les quelques compos à tendance post punk.
              Pour ma part, je dois avouer avoir,de plus en plus, un faible pour les moins hachées, comme le splendide "Before Destruction" et son clavier simplissime, désuet, terriblement mélancolique...Il faut y entrer, certes..Mais quand on est dedans...
              Bonjour chez vous...

              repondre message

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)