Accueil > Musique > 2010 > Thee Siver Mount Zion - Kollaps Tradixionales

Thee Siver Mount Zion - Kollaps Tradixionales

vendredi 12 février 2010, par Marc

Pas la porte d’entrée idéale


La dernière fois qu’on a entendu parler de Silver Mount Zion (le nom aux mille variations), c’était en backing band du formidable album de Vic Chesnutt qui nous manque déjà cruellement.

Ils lancent les hostilités franco de port avec un morceau de plus d’un quart d’heure qui ménage son lot de spectacle. Dans leur style le plus habituel. Arpèges lents, voix éraillée, violons en soutien pour commencer. Et on est chez soi, et content d’y être parce que ce début est engageant. Puis, de façon assez naturelle, ça en devient un peu décousu, alternant les moments de bruit et de fureur qui font mouche et les moments de bruit et de fureur qui font juste du bruit. Pour connaitre leur discographie, c’est la première fois que ça apparait de façon aussi flagrante.

Il y a sans doute une « école de Toronto » pour mettre ainsi à nu tant de voix craquées, de violons saturés, de guitare en liberté. Ce n’est pas du post-rock, c’est un rock chaotique et lancinant, un peu éprouvant sur la longueur ou si votre humeur n’y est pas, mais d’une humanité qui renverse tout. On adhère en bloc au style ou on reste sur le pas de la porte. Leurs voisins de label de Do Make Say Think sont plus propres dans leur façon de faire, donc ne pensez pas qu’il n’y a pas de variations à l’intérieur de ce genre.

Il y a déjà un an et demi, lors de leur concert au Bota, je me souvenais d’un long morceau au titre un peu long. Il s’agissait vraisemblablement d’une apposition de deux morceaux présents ici. La première partie I Built Myself A Metal Bird ne tient que sur leur énergie. I fed My Metal Bird The Wings Of A Metal Bird quant à lui comporte des moments qui sont un peu longuets, comme une intro à accorder ses instruments. Je veux bien qu’on ne peut pas avoir de climax toutes les 5 secondes, mais ça peut favoriser le décrochage. De même, le paysage désolé d’un Kollaps Tradixional pourra décourager le randonneur distrait en transition entre deux zones de densité émotionnelle plus haute.

On ne juge pas un album de Thee Silver Mount Zion pour sa capacité pop à emballer des chouettes mélodies dans un format compact. Les occasions de s’enthousiasmer ne manquent sans doute pas sur cet album, mais il n’y a rien qu’on pourra faire écouter à un nouvel auditeur pour le charmer à coup sûr. Si l’énergie est encore plus présente par le passé, elle est au service de morceaux qui ne sont pas parmi leurs meilleurs. C’est donc clairement un album qui satisfera ceux qui sont déjà familiers mais pourrait laisser sur le pas de la porte des esprits simplement curieux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)