Accueil > Musique > 2010 > These New Puritans - Hidden

These New Puritans - Hidden

jeudi 4 février 2010, par Laurent

L’art de la guerre


Ça commence comme un conte pour enfants. Time Xone, et l’on sait déjà que les gamins se font dévorer à la fin, tendance Grimm. Des images apparaissent : une forêt victorienne, filmée à la Tim Burton, et les promesses d’un crépuscule qui épelle le mot danger. La menace est palpable, dès les premières notes de We Want War. Martial – quoi d’autre ? – le tempo égrène sont lot d’angoisses avant que les vents se ne joignent au bouillonnant magma sonore, annonçant l’imminence de l’impact.

Ça y est : les enfants entrent en scène ; mais plus encore que chez Dead Man’s Bones, le chœur cherche moins à émouvoir qu’à vampiriser. L’effet est saisissant, comme disait l’autre. Au bout de sept minutes d’une oppression qu’on n’avait plus croisée que rarement depuis Aphex Twin, on s’étonne presque d’être sorti vivant du bois. Vivant mais pas indemne. Déjà Three Thousand s’avance comme une armée de clones : on entend le cliquetis des sabres, tandis que le chant de Jack Barnett s’est purgé des derniers vestiges de sentiments qui le muselaient. On sent pourtant comme un désespoir digne sur Hologram, élégant et enfumé comme la brève vague de brouillard qui précède la reprise des combats, à l’aube : Attack Music. Les enfants, dégaine robotique et yeux vitreux, ont définitivement rejoint l’armée des ombres. Issue fatale.

Le combat fait rage sur Fire Power, puis la nuit retombe : Orion, rare concession ouverte aux années 80 – celles des B.O. d’heroic fantasy et du tube traumatisant de Q. Lazzarus – amorce une trêve traîtresse. Plus belliqueux que tout ce qui l’a précédé, Drums Court vient, voit et vainc, diluant la radicalité d’Oneida dans quelques moments d’apaisement – histoire de rappeler, à l’oiseau fasciné par la tempête, qu’il existe une vie au-dessus des nuages. Et justement, c’est étranger au tempérament anxiogène qui lie et relie le reste de l’album, que White Chords se démarque et ferait presque office ici de single pop. Ce serait sous-estimer pourtant l’esprit machiavélique de Barnett, démiurge assoiffé de cohérence. Logique en effet de ralentir les pulsations effrénées d’un disque que la peur et la rage guerrière ont alimenté en adrénaline, juste avant que 5 ne clôture le grand œuvre par un survol désenchanté du champ de bataille, encore fumant de métal et de sang.

Et nous de rester cois en contemplant l’étendue des dégâts : loin de tout puritanisme, "Hidden" a eu l’audace de nous montrer que le rock, en 2010, pouvait encore surprendre en pourfendant les clichés. Ses nombreux oripeaux sont le prix de deux renaissances : celle d’un groupe qui vient d’accomplir un pas de géant depuis un premier effort déjà libertin, mais encore circonscrit ; celle d’une musique qui, à l’instar de Macbeth souillant les plaines d’Ecosse, ne se résoudra à mourir qu’après avoir tué le plus possible de ses ennemis

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

15 Messages

  • These New Puritans - Hidden 4 février 2010 21:58, par Mathusalem

    Houlââââ...Quel article !
    A mi chemin du ton emphatique d’un Luc Varenne (Pour ceux qui ont connu l’épopée Merckxienne) et de la grandiloquence solennelle d’un Frédéric Mitterrand au haut de sa forme...(Sans le coté pontifiant donc)
    Nondedjousss Quel lyrime Homérique !
    Comment peut on ne pas écouter These New Puritans après avoir lu ça ?
    Un peu comme des supporters qui jouent leur rôle d’homme supplémentaire, ton article s’inscrit à part entière dans la ligne directrice de l’album, un "Bonus Track" en quelque sorte...Flamboyant...Parfois surprenant...D’un dythirambisme tendu en tout cas...
    Merci pour la découverte !
    Ne compte pas sur moi pour trouver un quelconque qualificatif à cet album...Après un article pareil, les rares qui me viennent en tête feraient pâle figure ! ;-)
    Ceci dit...Ce martèlement de tambours et de basses ont un côté à la fois épique et malsain qui n’est pas pour me déplaire.
    Bonjour chez vous

    repondre message

  • These New Puritans - Hidden 4 février 2010 22:56, par roydanvers

    J’ai comme l’impression qu’on se laisse un peu emporter par ici... Et qu’on distribue les cinq étoiles un peu facilement.
    Je ne partage pas le moins du monde cet enthousiasme à l’écoute de "Hidden". Par contre, je suis ravi qu’il te fasses tant de bien.
    Bonjour chez vous également.

    repondre message

  • These New Puritans - Hidden 5 février 2010 00:13, par Chaton

    @roydanvers

    Je me permets de faire une réponse purement statistique sur votre commentaire concernant la trop forte présence d’ablums notés 5/5.

    Sur l’année 2009 j’ai dénombré 5 albums avec le maximum d’étoiles (5/5) parmi les 147 critiques.
    La meilleure appréciation a donc été distribué à 3,4% des albums.

    En cas de répartition équiprobable des notes, ont aurait eu 20% des albums avec 5 sur 5, soit 29 albums.

    Il suffit juste de comparer les 5 ablums de 2009 ayant obtenus 5 étoiles, avec les 29 en cas de répartition identique des notes...

    Même en prennant l’année 2010 qui débute tout juste,cet album est le premier à obtenir la note max. Parmi 11 critiques...

    En ce qui concerne l’album en lui même, je l’écoute et je vous dit quoi !

    Je tenais aussi à remercier les rédacteurs du site, qui m’ont fait découvrir des merveilles depuis 1 an(Get Well Soon, Tokyo Police Club, Fanfarlo). Longue vie à votre site.

    repondre message

    • These New Puritans - Hidden 5 février 2010 14:12, par roydanvers

      @Chaton,
      mon commentaire ne portait pas sur la remise des 5 étoiles sur ce blog en général mais bien par rapport à cet album bien précis.
      Mais puisque nous sommes dans les statistiques, qui, des différents rédacteurs de ce blog, est le plus généreux pour remettre la côte maximale ?
      Bonjour chez vous

      repondre message

  • These New Puritans - Hidden 6 février 2010 12:37, par Alexouu

    "on distribue les cinq étoiles un peu facilement" Tu a du te tromper de site bonhomme ! :)

    repondre message

    • These New Puritans - Hidden 6 février 2010 16:00, par Mmarsupilami

      Je viens de multiplier le carré de l’hypothènuse du Choeur des Croyants par la hauteur des Puritains et je crois que c’est Laurent qui donne en moyenne les notes les plus élévées avec deux 5 sur 5. Ceci dit, Chaton, si tu pondères ton analyse de résultats par le nombre de morceaux par album et le nombre de membres des groupes, la marge d’erreur s’atténue fortement, d’autant qu’en 2009, dans les disques chroniqués, il y avait une équation à double inconnue ! (The XX)

      Je dis ça, je dis rien...

      Je réserve mon avis sur cet album...

      repondre message

      • These New Puritans - Hidden 6 février 2010 18:45, par marc

        Bonjour à tous !

        Pour ma part, avec 1 seul "5 étoiles" sur 110 critiques en 2009, je ne pense pas avoir été le plus généreux. Mais tout les rédacteurs sont libres, et assument leurs choix. Comme les lecteurs d’ailleurs.

        Pour ce qui est de These New Puritans, je n’ai pas eu d’adhésion immédiate, pas d’avis tranché non plus. Je me suis senti un peu à côté du concept. Mais j’y reviendrai, je n’ai pas dit mon dernier mot. Mais ça ne sera pas pour un 5 étoiles, juste pour dissiper la frustration d’être passé à côté de quelque chose. Surtout quand c’est défendu avec la verve de Laurent...

        C’est pas tout ça, mais je dois mettre en ligne mon premier 5 étoiles de l’année.

        repondre message

      • These New Puritans - Hidden 6 février 2010 18:56, par Mathusalem

        Percevant un soupçon de tension flottant dans l’air, et ayant horreur de cela, je me permets de redonner mon avis sur la chose…
        Nonobstant toute considération statistique, je comprends bien Roydanvers…En effet, une trop grande largesse lors de la distribution des prix pourrait ,à la longue, déprécier ce site…
        (Qu’on aime pour ses qualités, à savoir sa recherche d’un semblant d’objectivité, une propension bienveillante à ne jamais sombrer dans l’agressif ni le vulgaire….)
        D’autre part, si je persiste et signe quant à marquer mon admiration pour la qualité de l’Homélie de Laurent (Quelles envolées lyriques ! Quelles références !)
        Je trouve aussi comme Roy que l’album, bien que très original, ne remplit pas tous les critères d’exception indispensables à l’attribution de l’exceptionnel label penta astral.
        Il n’en reste pas moins qu’un critique a le droit, le devoir, d’assumer sa subjectivité, même si, paradoxalement, il recherche également l’impartialité.
        Comment pourrait il en être autrement ?
        La passion totalement maîtrisée ? Concept triste non ?
        Dans ce contexte, Laurent a donc lui aussi raison, il a été subjugué par cette plaque et tient à nous le faire savoir…Et même, via un texte aussi admirablement porteur, à essayer nous faire partager son enthousiasme…Quelque part c’est le jeu non ?
        Jeu qui m’a permis de découvrir par ailleurs l’univers tribal et intriguant de TNP.
        Si je devais donc un jour coter cet article, je mettrais 5 étoiles pour la prose et 4 pour la musique…
        Ceci dit, it’s only Rock’n Roll anyway…
        Et puis, il serait souhaitable qu’une critique prochaine (D’un groupe de texans barbus façon Luc Noël, mais qui pondent des mélodies extraordinaires, par exemple) mette tout le monde d’accord.
        Histoire de retrouver, de temps en temps, un soupçon d’unanimité dans ce monde de brutes… (Pas trop souvent quand même, c’est parfois dangereux trop d’unanimité…Mais c’est une autre histoire)
        Re-Bonjour Chez Vous hein…

        repondre message

    • These New Puritans - Hidden 8 février 2010 09:54, par Bonhomme

      Cher Alexouu, je te trouve bien trivial... On se connaît pour faire preuve de tant de familiarité à mon égard ??

      repondre message

  • These New Puritans - Hidden 18 février 2010 09:51, par roydanvers

    J’ai trouvé le concert d’hier soir en première partie de The XX à l’AB absolument insignifiant. Et vous ? Vous y étiez ? bonjour chez vous.

    repondre message

    • These New Puritans - Hidden 18 février 2010 16:55, par Laurent

      Bonjour à tous !

      Merci d’excuser d’ores et déjà l’arrivée tardive de ma première réponse à vos commentaires régulièrement enflammés (et tant mieux), je suis passé depuis peu "de l’autre côté" et les règles élémentaires de courtoisie ne sont pas encore totalement intégrées.

      En deux mots, je trouve amusante l’anecdote sur la prestation de These New Puritans à l’AB. Je n’y étais pas mais j’avais, en revanche, trouvé moi-même les XX franchement mous du genou en première partie de Big Pink il y a quelque temps. J’avais eu l’occasion de voir These New Puritans à Londres à l’époque de leur premier album et pour ma part, ça m’avait plutôt convaincu.

      Quant à ma dithyrambe, qui ne rencontre pas les autres opinions, je l’assume purement et simplement comme l’envie de partager un vrai coup de coeur, un disque qui m’a parlé de sa première à sa dernière plage, surpris par son envie patente de n’en faire qu’à sa tête, son homogénéité éventuellement repoussante (je repense aux critiques formulées à l’encontre du dernier Midlake), et il est vrai que je me sens bêtement plus à l’aise à l’idée d’encenser ce que j’adore (à plus forte raison si je suis le seul) que d’enfoncer les oiseaux pour le chat. J’admets que j’ai une propension à m’emballer facilement, ce qui fait fortement souffrir mon portefeuille depuis plusieurs années, mais là vraiment je tire mon chapeau au groupe et à son leader dingue d’avoir poussé leurs idées parfois saugrenues jusqu’au bout, car le résultat m’a subjugué. Bref, je ne pense avoir fait preuve d’un réel souci d’objectivité sur ce coup-là.

      Mais comme on dit : si ça a pu donner envie à quelqu’un d’écouter le disque ou davantage... Voilà. Ah oui : et bonjour chez vous !

      repondre message

      • These New Puritans - Hidden 18 février 2010 17:32, par Mmarsupilami

        Ca m’a donné envie d’écouter.
        Et je n’ai pas aimé !

        J’aurais voulu pourtant, parce que l’audace, l’excès et le baroque m’attirent.
        Mais, là, je trouve l’excès stérile...

        Comme je le disais hier ailleurs à propos du également très controversé Shearwater, le phénomène de la lame du rasoir est redoutable. Quand ça reste dessus, c’est le Nirvana. Quand ça s’effondre de l’autre côté, c’est Mordor. On est aux anges ou aux démons !

        Et je sais à quel point cela peut parfois dépendre d’un zeste qu’on soit sanctifié ou diabolisé (l’humeur de la première écoute, notamment).

        Donc, respect pour ceux qui aiment.
        Mais compassion pour le critique dont la quête est le partage réussi...

        Nous trouverons le Sacré Graal ensemble une autre fois.

        Ca a déjà marché. Ca marchera encore !
        Merci équipe d’Esprits Critiques toujours plus forte !
         :-)

        PS : Amis belges, ne ratez pas le nouveau Univers Zero !!!

        repondre message

  • These New Puritans - Hidden 19 février 2010 15:07, par Benjamin F

    J’en ai déjà dit beaucoup de mal sur Playlist Society, donc en fait je venais juste pour dire que grâce à Mmarsup je venais d’écouter le Univers Zero et qu’effectivement il est génial :)

    repondre message

  • These New Puritans - Hidden 22 février 2010 14:23, par Sunalee

    Peut-être pas 5 étoiles pour moi, mais un disque intéressant, qui m’interpelle et dont certains morceaux vont encore rester longtemps dans ma tête, comme certains morceaux des années 80 (j’en parlais justement sur Playlist Society).

    repondre message

  • Editors – EBM

    Peut-être que c’est nous. Peut-être que c’est eux. Toujours est-il que des groupes qui nous ont enflammés à leurs débuts sortent sans coup férir de nos radars pour n’y plus revenir. Bloc Party, Foals, Franz Ferdinand, Archive, ils sont nombreux à être arrivés et repartis. En 19 ans de critiques, c’est sans doute logique. Editors faisait partie du contingent, on avait d’ailleurs conclu la critique du quatrième album par un au-revoir qui semblait définitif.
    C’est le nom et la pochette qui nous ont alertés. (...)

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk poisseux, celui qui sert de base à des formations du coin comme The Rapture ou LCD Soundsystem. Listons (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)