Accueil > Musique > 2010 > Efterklang - Magic Chairs

Efterklang - Magic Chairs

jeudi 4 mars 2010, par Marc

Sont forts ces Danois


On peut admirer beaucoup du post-rock (ok, ceci n’en est pas vraiment) et ses déclinaisons, mais dire que c’est une musique rigolote dont les pratiquants distillent la bonne humeur sur scène est sans doute travestir la réalité. C’est pourquoi voir Efterklang en concert est une expérience revigorante. J’ai eu cette chance lors du festival Feeërieën organisé par l’AB dans le Parc Royal de Bruxelles et on peut dire qu’ils emportent rapidement l’adhésion.

A côté de l’omniprésente Suède, le Danemark est aussi une terre de bonnes choses, d’Anders Trentemöller à Slaraffenland. Dans un genre proche de ces derniers, on peut d’ailleurs classer le groupe du jour par la richesse et l’amplitude de leurs orchestrations que ne renieraient pas Sufjan Stevens (Raincoats, Full Moon). C’est appréciable surtout maintenant que le maitre de l’Illinois (pas celui de la maison blanche) est dans le BTP. C’est pour moi le fantôme qui a traversé toutes les écoutes. Mais ce n’est pas exclusif, vu qu’ils ont une façon bien à eux de syncoper des mélodies. Un morceau comme Harmonics est assez typique à cet égard, ou Scandinavian Love en un rien moins brillant.

On l’a déjà dit, un des bienfaits de l’écriture de critiques, c’est qu’elle oblige à se pencher souvent sur un album, jusqu’à l’user parfois, mais le plus souvent jusqu’à entrer en empathie avec son contenu. Une fois que j’ai eu écouté plein de fois ce joli album vint le temps de coucher un avis (c’est ce que vous lisez) et ce ne fut pas simple. Parce qu’il y a vraiment de bonnes et de moins bonnes choses sur cet album, et que la différence est ténue.

Modern Drift est ainsi plein d’élégance, Full Moon et son bridge au violon frappe juste, la combustion plus lente d’Alike est à combustion plus lente mais ménage son lot d’intensité. On le voit, il y a beaucoup de raisons de s’enthousiasmer. Surtout quand ils injectent une énergie communicative (I Was Playing The Drums) à une mélancolie de départ. Il en résulte une ampleur, une ambiance assez réussies.

La seconde partie de l’album vient pour moi un peu ternir l’impression générale. Et finalement, j’ai reporté mon enthousiasme qui baissait sur un manque de génie. Le talent est là, mais certains morceaux manquent de clarté, de limpidité. Pour m’en convaincre, j’ai même réécoutéIllinoise de Sufjan Stevens. C’est bourré de talent, de génie parfois, mais c’est fondamentalement indigeste. Je suis donc revenu vers ces sympathiques Danois le cœur léger, n’y cherchant plus ce qui ne s’y trouve pas. Parce qu’au final, ce Magic Chairs est un bon album. Voilà.

Modern Drift est téléchargeable sur le site du groupe

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Efterklang - Magic Chairs 9 juin 2010 13:08, par mmarsupilami

    On sent très fort à la lecture de la chronique à quel point l’accouchement fut difficile. C’est le genre d’album qu’on apprécie, certes, mais sans trop savoir qu’en dire. Pour ma part, il traîne depuis des mois dans mes listes de lecture et ne bénéficie guère d’un traitement très équitable car 7 ou 8 écoutes en quelques mois ne favorisent guère la montée d’adrénaline. N’empêche, arrivé où j’en suis arrivé, je n’en ai... rien à dire, tout en appréciant !
     ;-)

    repondre message

    • Efterklang - Magic Chairs 9 juin 2010 17:42, par Marc

      Il y a en effet comme ça des albums qui sont rétifs à l’analyse. La liste est longue de ceux sur lesquels je ne suis pas arrivé à conclure. Pourtant, je l’ai réécouté cet album, sans la contrainte d’avoir quelque chose à en dire. Et j’ai bien aimé...

      repondre message

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)