Accueil > Musique > 2004 > Electric Six : Fire

Electric Six : Fire

jeudi 10 août 2006, par Marc


Un album en deux temps, ou plutôt en deux tons.
Les pires moments font penser à des gros mots comme Iron Maiden ou The Darkness. Eh oui, on en est là, avec des accents... dance. C’est musclé, gras et pas très fin (Naked pictures of your mother).

Mais, bizarrement, l’hybridation prend parfois, et là c’est vraiment convaincant. Cette réussite intervient quand le funk (Improper dancing), le rap (Danger ! High voltage !) ou la new-wave (le formidable Synthesiser) prennent le pas sur les riffs. Donc quand les motards s’imposent sur le dancefloor mais dans le but de faire danser les gens, pas de déclencher des bagarres.

On peut quand même se demander où l’envie irrésistible de faire des mélanges va s’arrêter et qui peut bien trouver son compte sur toute la longueur de cet album. Une curiosité donc avec quelques réussites qui ravira sans doute ceux qui ont troqué leurs cheveux gras de hardos pour des fringues propres et qui voudraient se faire un revival heavy sans se compromettre. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)