Accueil du site > Musique > 2004 > Interpol : Antics

Interpol : Antics

jeudi 10 août 2006, par Marc


Interpol est précédé d’une réputation flatteuse. Donc on écoute, attirés par un Length of love de fort bonne facture. Les références sont balisées, se situent chez Joy Division surtout et les Smiths (voir chez Strangelove et les New Fads pour les plus motivés). On se dit que ce genre de fusion entre la cold wave et le gros son de maintenant peut marcher.

Et puis, sur la longueur, on se lasse, les compositions semblent un peu mollassonnes, la répétition si présente chez Joy Division y était magnifiée par l’ombre de Ian Curtis et ici semble un peu plate. Reste au final un album plaisant (Next exit, Evil, Slow hands), mais avec une bonne moitié de morceaux dispensables (Public pervert, C’mere) puisque reprenant les recettes de l’autre moitié. L’inspiration est parfois à la hauteur de celle du créateur de la pochette, c’est dire.

Donc, réécoutez Joy Divison mais appréciez néanmoins cette décalque moderne qui ne fera certes pas avancer le schmilblick mais bon, on ne fera pas un album du siècle toutes les semaines non plus. (M.)

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0