Accueil > Musique > 2010 > Mogwai - Special Moves (Live)

Mogwai - Special Moves (Live)

lundi 30 août 2010, par Marc

Bonjour les fans


Après 65 Days Of Static et Mono, voici donc Mogwai qui sort un disque enregistré en concert. Les Texans d’Explosions In The Sky savent donc ce qu’il leur reste à faire. C’est amusant d’ailleurs, j’ai déjà eu la chance de voir ces quatre groupes à l’œuvre. Cette réflexion signifie juste en creux que j’aime bien ma vie. Les plus perspicaces ou les plus acharnés amateurs du groupe de Glasgow savent bien qu’il traîne des sessions enregistrées à la BBC mais il n’y avait pas encore de captation officielle d’un concert.

Evidemment, on retrouve ici certains de leurs classiques, avec leur science de l’enfoncement simultané des pédales de distorsion, discipline équivalente pour les amplis à la natation synchronisée pour la piscine. Attention spoiler, cette surprenante résurgence intervient à 3’39’’ et 6’49’’ sur Like Herod et à 8’17’’ sur Mogwai Fear Satan. Ne venez pas dire qu’on ne ménage pas vos petits nerfs (ni qu’on a des montres imprécises).

J’ai lu dans une interview qu’ils se plaignaient que les spectateurs réclament leurs morceaux chantés. Et franchement, j’ai du mal à comprendre. Parce que sur Cody par exemple, le chant mal assuré contraste avec leur maitrise par ailleurs. Et puis parce que comme souvent on a l’impression que le chant a été ajouté à la fin du processus, avec une peu engageante linéarité mélodique comme corollaire presque obligatoire. Ce n’est pas composé comme une chanson et ça peut apparaître comme bancal.

C’est la question de la pertinence qui est la plus lancinante pour cet album. On pourrait y voir une tentative de best-of, entreprise hasardeuse pour un groupe qui a des fans inconditionnels qui ont certainement leur liste en tête. Bon, j’arrête de faire le boulot de leur management. Espérons simplement que ce groupe majeur trouvera de nouveaux amateurs via cet enregistrement public. Mais comme suggéré précédemment, ce sont peut-être les convaincus qui seront les premiers concernés.

La dernière fois que j’ai vu les Ecossais, je me suis un peu fait rouleau-compresser mais on ne retrouve pas ici cette puissance de feu phénoménale, cette usine à acouphène et pendange de mâchoire (les deux n’étant pas obligatoirement liés). Alors, oui, on peut le mettre plus fort mais l’effet n’est pas le même. De jolis nuages de guitare sur You Don’t Know Jesus montrent bien qui a la maîtrise de cet art subtil et très puissant.

Un album picorant dans la discographie de Mogwai et enregistré lors de concerts où ils excellent est forcément un bon album. Je vois deux styles de publics pour cet album. Les fans qui ne m’ont pas attendu et peut-être une frange du lectorat qui ne connaît pas ou mal ce groupe essentiel. A ces derniers, cette introduction variée pourra peut-être ouvrir des portes, faire découvrir des champs sonores inexplorés.

http://www.mogwai.co.uk/order/uk/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

8 Messages

  • Mogwai - Special Moves (Live) 30 août 2010 11:11, par mmarsupilami

    Pour les raisons que tu expliques, je ne l’écouterai pas : je ne vois pas comment rendre ce qu’est un de leurs concerts et tu me confirmes que c’est la quadrature du cercle (pour les autres groupes cités aussi d’ailleurs).

    Par ailleurs, s’ils continuent leur escalade au son, je n’irai plus les voir non plus !
     ;-)

    Ceci dit, quel groupe...

    repondre message

    • Mogwai - Special Moves (Live) 30 août 2010 13:17, par Marc

      C’est vrai que si tu les a déjà vus sur scène et que tu connais leurs albums, ce n’est clairement pas une priorité. En tous cas, l’écouter chez soi est certes bien moins gratifiant, mais préserve plus les tympans. Mono par exemple préserve mieux en concert l’acuité auditive. Mais est nettement moins à l’aise.

      Quel groupe en effet.

      repondre message

  • Mogwai - Special Moves (Live) 31 août 2010 12:03, par Benjamin F

    Juste un petit com relou comme je n’en écris que rarement (enfin je crois^^)
    Il faut si possible éviter d’écrire des phrases comme "cette puissance de feu phénoménale, cette usine à acouphène et pendange de mâchoire". Effectivement ça laisse supposer qu’il y aurait un aspect jouissif chez les groupes qui jouent trop forts. Or étant acouphénique et privé de concert à vie, je peux te garantir qu’il n’y a rien là dedans de fun...
    Voilà c’était le moment prévention de la journée :)

    repondre message

    • Mogwai - Special Moves (Live) 31 août 2010 14:58, par Marc

      Le volume sonore, on en avait déjà parlé par ailleurs.

      J’avais bien essayé de la modérer d’une parenthèse mais je suis d’accord avec toi, jouer fort n’est pas agréable, jouer trop fort est une insulte au public. Je ne me déplace jamais en concert sans mes bouchons que je mets ou pas (j’écoute quand même beaucoup de musique ’calme’), ce qui en plus dégrade la qualité de ce qu’on écoute. De plus, le son poussé trop fort rend des bons groupes moins intéressants (Wolf Parade), met en évidence des carences techniques (A Place To Bury Strangers), voire couvre un groupe de ridicule (My bloddy Valentine au pukkelpop 2009...).

      Donc je prone la raison. La puissance sonore de Mogwai, ce n’est pas une question de volume (qu’ils poussent trop fort), mais d’intensité.

      repondre message

      • Mogwai - Special Moves (Live) 31 août 2010 16:49, par mmarsupilami

        Il y a déjà eu débat sur la question ici. Je ne change pas d’avis et je crois d’ailleurs que nous sommes tous d’accord. Démolir les oreilles de gens n’a aucun sens. Je vais à des concerts depuis plus de trente ans. Pour la première fois, il y a quelque temps, j’ai mis des bouchons (photos à prendre près des colonnes) : c’est une ca-tas-tro-phe ! Cela tue le son ! Alors, je pose la question à Mogwai et Deerhunter (les derniers casseurs d’oreilles que j’ai suivis) : a quoi bon dix dB de plus si c’est pour amener la moitié ou les trois quarts du public à mettre des bouchons et donc à moins bien goûter à leur musique ?
        Débile...
         :-)

        repondre message

        • Mogwai - Special Moves (Live) 4 mai 2011 22:39, par Mathieu

          Je n’ai jamais (hélas) assisté à un concert de Mogwai, donc je ne peux pas renter dans le débat.

          Par contre, pour un type comme moi qui n’a jamais pu assister à un de leur live, et qui aime le post-rock plus que tout autre genre musical, cet album est une bénédiction. Que dis-je, un prodige.

          Non, non, sans déconner. C’est simple, tout les matins dès le réveil, c’est New Paths to Helicon, Pt. 1 à fond. Cette piste. C’est juste sidérant. Tout le reste du DVD est très bon aussi, excepté Scotland Shame dont je préfère un milliard de fois la version studio, nettement plus belle et profonde à ma sens.

          repondre message

  • Mogwai - Special Moves (Live) 1er septembre 2010 14:31, par allow

    J’ai acheté des bouchons après le concert de Mogwai aux Ardentes en 2009... En un an je ne les ai presque jamais mis pour les mêmes raisons (l’impression de ne plus entendre le même concert...). Ces derniers temps, je les mets assez souvent (dés que je sens mes tympans un tant soit peu agressé...). C’est plus souvent, je crois, une question de déséquilibre basses aigues plutôt que de puissance pure en elle même. Je ne dis pas que cela ne nécessite pas un petit temps d’adaptation mais franchement, je n’ai plus cette impression que cela tue le son... J’ai trouvé aussi une autre vertu à ces bouchons, particulièrement utile en festival, vous entendez beaucoup moins les bavardages des gens qui vous entourent et si il y’a bien qqch qui me dérange en concert, c’est bien ça ! Vaut vraiment la peine d’être essayé ! (pour info, j’ai qd même payé mes bouchons ds les 25€... ce ne sont pas les ptits suppositoires qu’on distribue gratuitement)
    Pour revenir à cet album de Mogwai, je l’ai écouté ce matin en voiture et si bien sûr, si ce n’est pas la même puissance, j’ai qd même bien retrouvé l’intensité que je ressens pdt leurs concerts (j’en aurais presque mis mes bouchons en voiture !). Il y’a aussi un DVD qui accompagne le cd et qui vaut vraiment la peine d’être vu, très classe, en noir et blanc réalisé par Vincent Moon notamment qui avait déjà commis le documentaire sur la genèse de l’avant dernier album de The National.

    repondre message

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange sur le papier, elle est d’une très grande cohérence dans les faits. Le chant est évidemment traditionnel (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A priori, cet enregistrement acoustique de l’album Rook (dix ans déjà pour cette merveille) par Jonathan (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop tard. C’est pour ça que vous n’avez pas eu droit au compte-rendu de la prestation de The National à (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit payante et leur offre la visibilité qu’ils méritent.
    Shearwater en concert, on peut dire qu’on sait ce que (...)