Accueil > Musique > 2010 > Avey Tare - Down There

Avey Tare - Down There

samedi 11 décembre 2010, par Marc


Maintenant que « faire de l’Animal collective » est en passe de devenir une discipline olympique (en démonstration à Londres), on attend les membres du collectif New-Yorkais au tournant. Pourtant, alors qu’on prévoyait une suite au brillant Person Pitch de Panda Bear, c’est Avey Tare qui surgit.

En tant que vocaliste principal d’Animal Collective, Avey Tare donne une coloration immédiatement reconnaissable, et il faut reconnaître qu’il arrive à distiller une euphorie bienvenue dans les compositions touffues du groupe. On retrouve donc ces mélodies tordues, ces chœurs qui semblent venir de la canalisation d’à-côté, un orgue en suspension, le tout sur un ton plus léger, plus évanescent. Comme parfois pour les projets solos, on se rend compte du rôle essentiel de la personne concernée dans le groupe, mais on doit aussi constater que le groupe repose aussi sur une alchimie propre qui rend le tout supérieur à la somme de ses parties. Vous aurez au passage constaté qu’il s’agit encore d’un de ces articles où l’introduction est étendue pour ne pas plonger dans le vif du sujet. Vous avez raison, c’est révélateur.

Dommage de constater qu’Avey n’a pas tellement d’arguments pour surnager dans un genre qu’il domine avec son groupe. On y retrouve donc les mêmes intérêts et limitations des Julian lynch, A Sunny Day In Glasgow et autres High Places. On est d’autant plus subjugués par la réussite des Animal Collective, Panda Bear ou Deerhunter. Parce qu’ici l’absence de structures, de rythmiques, empêche l’attention de se fixer, et ne passionne pas non plus par les textures de son (Ghosts Of Books). Il suffit pourtant d’un peu de beat pour que ça puisse enfin décoller. Mais cet artifice n’est pas employé de façon systématique. Tant mieux pour la variété sans doute, mais pour Heather In The Hospital, Lucky 1 ou Oliver Twist, on doit passer par des morceaux d’ambient décousu ou un Cemeteries qui ne convainc pas forcément.

Le phénomène a déjà été identifié en ces colonnes ou ailleurs. Dans les musiques plus abstraites, s’éloignant du format chanson pour se concentrer sur l’ambiance pure, il faut souvent un petit plus que je n’ai pas retrouvé ici. Le talent d’Avey Tare l’empêche de tomber dans l’anodin évidemment, et l’impression de retrouver un vieux pote est réjouissante, mais venant d’un membre d’un groupe qui a façonné tout un pan de la musique indépendante on attend une prise de position plus ferme, pas un produit dérivé, aussi agréable soit-il.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)