Accueil > Musique > 2011 > Sol Invictus - The Cruellest Month

Sol Invictus - The Cruellest Month

mardi 27 décembre 2011, par Marc

Fascination


Il y a malaise et malaise. On avait évoqué récemment la délicieuse chatouille de l’album de Noël de Florent Marchet, c’est un tout autre niveau de malsain que la formation du jour se situe. Sol Invictus est un groupe que je range à part, sur une étagère de ma mémoire, entre Death In June et Current 93, groupes malsains, inclassables, fascinants. J’ai déjà évoqué ces trois groupes, mais pour Sol Invictus, c’est le plus gentil In The Rain qui avait été critiqué (le texte a presque quinze ans, soyez indulgent). J’ai passé une partie des années 90 en compagnie de groupes pareils, en plus de rattraper les incunables des années ’80, ce qui m’a permis de passer sans dommage à travers la mode grunge et la suprématie Fun Radio.

En 2011, ils restent âpres, comme en témoigne le chant de Tony Wakeford légèrement faux (Fools Ship) qui est devenu une marque de fabrique, tout comme le violon un peu à côté (Toys). L’effet est différent de la maladresse ou l’incompétence. Et on a beau dire que c’est un procédé, impossible de suffisamment se distancer pour ne pas être pris. Quand il lance un petit vibrato sur Cruel Lincoln, c’est flippant. Ce qui est assez normal pour une chanson qui n’aurait pas déparé les Murder Ballads de Nick Cave. Et quand une mélodie semble plus traditionnelle, elle est servie avec un décalage de mauvais aloi

Rythmes martiaux, violons synthétiques torturés, voix sépulcrales qui scandent des mantras, j’en connais beaucoup qui ne seront pas à la fête sur To Kill All Kings. Ce n’est pas pour rien qu’une des étiquettes accolées est apocalyptic folk. Pourtant, la plupart des morceaux de ce Cruellest Month ne sont à la base ni bruyants, ni agressifs ni même lents, et on rencontre même de la flûte. Toute cette mise en scène n’est pas là pour le décorum, et certains morceaux peuvent directement s’assimiler (Something’s Coming, Blackleg Miner), ou être torturés juste comme il faut comme l’instrumental April Rain (la météo n’est jamais belle chez eux). L’intensité pourrait être comparée aux trips mystiques de groupes comme Woven Hand ou Possessed By Paul James (tout un programme). Et les thèmes restent toujours obscurs, entre Satan et Noddy (Oui-Oui en VF, on vous dit que ce sont des gens particuliers).

S’ouvrir l’esprit, c’est parfois aussi se confronter à des ambiances incompréhensibles. On ne peut pas parler de gothique ici, même si le côté sombre et crépusculaire n’échappera à personne. Habituellement, la musique de Sol Invictus est affaire de spécialistes, de connaisseurs de ce pré carré de groupes singuliers et interconnectés. Il ne tient qu’à vous de sauter le pas, de constater que l’herbe n’est pas plus drôle ailleurs, mais que certains groupes excellent à transmettre un état d’esprit, même si celui-ci est aussi éloigné que possible de l’esprit de Noël. Je ne vous cache pas qu’il est possible de s’en détourner immédiatement, mais la fascination est encore plus probable.

http://www.myspace.com/solinvictushq

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)