Accueil > Musique > 2011 > Florent Marchet - Noël’s Songs

Florent Marchet - Noël’s Songs

mercredi 7 décembre 2011, par Marc

Noël mal à l’aise


On pourra lire par ailleurs la franche admiration que j’ai pour Florent Marchet. Un aspect qui a été peu abordé est sa capacité à mettre légèrement mal à l’aise. C’est flagrant sur scène, et il joue à fond cet aspect kitsch et faussement hautain pour faire ressortir la puissance des morceaux. L’idée même de cet album (il en avait visiblement fait un autre l’an passé) et la pochette reviennent chatouiller délicieusement ce malaise.

L’album de Noël, c’est un exercice à la fois courant (il en sort plein) et pas si couru que ça (ce sont souvent les mêmes et pas les plus reluisants qui s’y collent). Et on peut constater des différences entre les mondes anglo-saxon et francophone. Il semble que la tradition des chants de Noël soit moins vivace ici, et le répertoire moins étendu. De plus, il parait naturel que des artistes aussi peu portés sur l’opportunisme mercantile que Sufjan Stevens ou She & Him alors qu’on imagine mal Dominique A ou Miossec s’y essayer (on ne demande qu’à voir ceci dit).

De façon prévisible, cet album se partage entre morceaux intemporels, créations des autres et créations propres. Dans la première catégorie, il semble que rien ni personne ne pourra rendre supportables Vive Le Vent ou Douce Nuit (qui ici fout un peu les jetons). La solution a été élégamment trouvée pour Petit Papa Noël : il suffisait de supprimer les paroles. On n’échappera donc pas aux vielles scies (La Marche Des Rois ou Petit Garçon) mais tout sur cet album est remis à la sauce Marchet, et on constate au passage qu’il y a une vraie manière reconnaissable. Mais je ne me serais jamais infligé ça pour rire s’il n’y avait autre chose.

Pour quelqu’un comme moi qui n’est pas ferré en chanson française (celle qui devrait s’écrire avec des majuscules), il y a quelques découvertes à faire, à commencer par Joyeux Noël, splendide chanson de Barbara interprétée par Nicolas Martel, sorte de morphing vocal entre Katerine et Marchet. Dit comme ça, on devine qu’il met un peu mal à l’aise également. Excellent casting donc, qui réussit à caser aussi bien Piaf (Les Neiges de Finlande) que Nougaro (Serge et Nathalie) ou Jean-Louis Murat (très beau Noël à la Maison).

Et puis il y a quelques inédits, instrumentaux (Au Pied Du Sapin) ou non. Dijon, 24 décembre rappelle les exercices naturalistes poignants d’Arnaud Cathrine et Florent Marchet. Les Lumières de Noël est une comptine de son cru assez sobre vu le contexte et console de certains autres morceaux plus crevants (voir ci-dessus).

Fallait-il un exercice pareil pour que le talent de Florent Marchet s’impose ? Sans doute pas. Il intrigue (et met un peu mal à l’aise) mais signe un album sur lequel on peut sans doute faire l’impasse si on n’a pas l’esprit (de Noël) mais confirmera que ce garçon ne fait rien comme les autres.

Quoi de mieux pour situer le contexte que le texte de Florent lui-même ?

"Noël : fête religieuse ou païenne caractérisée par un regroupement des cellules familiales autour d’un repas appelé réveillon, le tout emballé dans un magnifique papier cadeau rouge et or…
Noël : moment de magie où les sapins enguirlandés font la joie de nos chers chérubins. Les enfants sont comblés de jouets. Les adultes sous perfusions de dindes veulent croire de nouveau au bonheur, à la paix, au partage…
Parce que Noël, c’est comme la grippe, ça arrive chaque année et on ne peut pas y faire grand chose. Pour un Noël réussi, il faut surtout ne pas trop en demander. Vous devez savoir que 78% des conflits familiaux ont lieu à cette période. Concentrez-vous donc sur l’essentiel : les cadeaux, le sapin, la dinde, la bûche, les chocolats, le champagne et bien sûr Noël’s Songs, l’album qui vous redonnera du baume au cœur.
N’ayez plus peur de Noël, fini ce sentiment anxiogène qui se lit sur vos visages crispés même si on sait que derrière cette fête, ce miracle, ce rêve éveillé, se cache un bien étrange personnage : un homme marié qui n’a rien d’un paisible éleveur de rennes. Il est misogyne, individualiste et tire toutes les ficelles sans aucun scrupule. Cet homme, c’est le père Noël ! Il mène une double vie mais ce n’est pas votre affaire. Concentrez-vous sur l’essentiel : votre tentative de bonheur !
Le Santa Claus Orchestra a décidé de revisiter pour vous les chants à la gloire de cet homme barbu et rougeaud, chants dits de Noël, avec l’espoir de faire la lumière sur ce qui, il faut bien l’avouer, vous rend mélancolique en général un peu avant minuit, quand Papy vous met son fameux Jingle Bells feat R la taupe !
Bonnes fêtes et Joyeux Noël les amis !
(Florent Marchet)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Florent Marchet - Noël’s Songs 7 décembre 2011 09:41, par Pol

    Plutôt en raccord avec la chronique. Ce n’est pas du grand grand Florent Marchet, mais pour l’exercice c’est plutôt pas mal. Même si j’avoue une légère déception car l’EP sorti l’année dernière laissait peut-être apparaître la possibilité de quelque chose d’un ton au-dessus au format album.
    Malgré cette retenue, si je devais choisir un album de Noël, ce serait celui-là.

    repondre message

    • Florent Marchet - Noël’s Songs 7 décembre 2011 10:38, par Laurent

      En tout cas, pour le côté mal à l’aise, la pochette fait bien son travail !

      repondre message

      • Florent Marchet - Noël’s Songs 7 décembre 2011 13:34, par Marc

        @Pol

        Je ne suis pas certain qu’il faille choisir un album de Noël. Celui-ci serait le mien (peut-être parce que ce serait le seul).

        @Laurent

        Imagine le contenu à partir de ça maintenant. Il y a de quoi être perturbé...

        repondre message

        • Florent Marchet - Noël’s Songs 7 décembre 2011 15:19, par Laurent

          Je raffole de Marchet donc j’ai évidemment commandé l’album, même si je dois dire que malgré la critique et la pochette, j’ai toujours du mal à imaginer ce qu’il y a dedans.

          Sinon, si je dois choisir un album de Noël cette année, j’hésiterais entre Michael Bublé, Justin Bieber ou Smith & Burrows. Allez, j’ai choisi, ce sera Smith & Burrows (mais d’un cheveu). Leur reprise de Wonderful Life n’a rien à voir avec Noël mais c’est une de mes chansons de chevet en ce moment.

          repondre message

          • Florent Marchet - Noël’s Songs 7 décembre 2011 15:54, par Marc

            D’après ce que j’ai entendu sur les 5 heures de Rudy Léonet et Hughes Dayez, l’album de Noël de Michel Legrand a l’air vraiment très très... décalé. Un bon casting pourtant, mais les arrangements caramélisés dans les seventies, c’est bien trop. Vive le Vent par Mika, dans un contexte pareil, n’est vraiment pas un appel à l’amitié entre les peuples...

            repondre message

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)