Accueil > Musique > 2012 > Ana Never - Small Years

Ana Never - Small Years

vendredi 21 décembre 2012, par Marc


Il faut bien avouer, j’ai eu un peu tendance à railler le post-rock cette année, tant les productions des grands noms avaient tendance à stagner. Et puis il y eut l’expérience de Godspeed You Black Emperor, et puis je me suis rendu compte que j’appréciais toujours autant de découvrir de nouveaux morceaux dans le genre. On ne va pas encore une fois épiloguer sur l’inertie du mouvement, c’est maintenant une chose presque entendue et est hors propos dès lors qu’on n’attend que des frissons dans un genre très balisé. Combien de fois vous-êtes-vous laissé emporter par un film bien fait ?

Donc, dans une niche qui a sans doute atteint sa taille minimale, qui, à l’instar de celle des partisans de la photo argentique, ne diminuera pas, il reste encore bien des groupes à découvrir. Et il semblerait que pas mal puissent se dégoter du côté du label new-yorkais Fluttery Records qui a le bon goût d’aller chercher des talents partout dans le monde. C’est en Serbie qu’il a trouvé Ana Never.

Le nombre de titres (quatre), leur longueur (deux morceaux dépassent les 26 minutes…), des violons, une ambition non feinte. Si vous êtes comme moi, vous avez pensé « Godspeed ». Et comme les Canadiens, ils aiment prendre leur temps, commencer très lentement. On n’est pas pressés, on peut attendre 12 minutes pour que Future Wife s’embrase. Et le feu d’artifice est digne de l’attente, et reste long en bouche. C’est de la belle ouvrage, concernée et de fort bonne facture. Renseignements pris, cette formation existe depuis 10 ans, ce qui n’est vraiment pas une surprise tant ils maitrisent leur sujet.

Gorgeous One est plus langoureux, avec un arpège simple mais très bien soutenu par le violon. Cet album va crescendo, ce qui est une qualité qui ne profitera qu’aux auditeurs patients. Le post-rock rêveur et mélodique en diable se termine sur le plus bruyant To Live For. Et arrivés en fin d’album, ça fait vraiment du bien, prend un relief vraiment particulier. Il y évidemment une résurgence, obligatoire sur un morceau de 28 minutes. Et la poussée de fièvre finale est vraiment bluffante.

Un communiqué de presse laudatif, rien de tel pour nous inspirer la méfiance. Pourtant, force est de reconnaitre qu’on tient effectivement un des albums de post-rock essentiels de l’année. Le post-rock, c’est comme les séries, on ne demande pas de réinventer la roue, mais une dose de nouveaux morceaux sur un canevas connu. Donc, il y a ceux qui s’en tirent bien et puis les autres. Donc si vous faites partie de cette frange du public que le mot post-rock met en émoi (par exemple si vous êtes membre de Cecilia::Eyes), voici un groupe serbe qui pourra vous procurer votre dose régulière de sensations.

http://www.flutteryrecords.com/ananever.html

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)