Accueil > Critiques > 2012

Piano Club - Ain’t No Mountain High EP

mercredi 16 janvier 2013, par marc

C’est imminent


Quand on se laisse déborder par l’actualité, il arrive que des critiques perdent leur intérêt avec le temps. Par exemple, cet EP sorti il y a deux mois sert d’éclaireur pour un album annoncé dans un mois. Pour retomber sur mes pattes, je pourrai toujours dire qu’il s’agit d’un teaser, d’une prise de température.

On le sent de plus en plus, Hollywood Porn Stars est un side-project basé sur l’amusement (et c’est loin d’être leur projet que je préfère), mais on sent peut-être une émulation entre ses deux leaders. Sans doute donc que la réussite du dernier My Little Cheap Dictaphone a donné des idées à Anthony Sinatra. Le groupe Liégeois pratiquait une pop vitaminée, visant une efficacité dansante qui devient ici une ampleur nouvelle. La plage titulaire est en tout cas plus solide et confiante. Moins de beats, un peu plus de chœurs et une belle promesse.

Olivia est un funk blanc tout propre et bien exécuté. Les synthés sont certes connotés années ’80 mais dans un contexte général où tout le monde en fait trop sur le sujet, ils se sont contenus. Cependant, le risque est de produire des morceaux très propres sur eux et un peu lisses (Wake Me Up). C’est une voix féminine qu’on entend sur Across The Streets, autre signe d’une volonté de variété, comme le très léger et gentiment pop Long Time No See. Piano Club est donc visiblement prêt à faire face à ses nouvelles ambitions, ce qu’un album prochain devrait confirmer.

http://www.pianoclub.be/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)