Accueil > Critiques > 2013

Shana Falana - In The Light

dimanche 3 février 2013, par marc

Lente montée vers le sommet


Pour faire des découvertes, il suffit parfois d’attendre que quelqu’un remplisse votre boite aux lettres. Bien souvent, il s’agit de labels belges ou très spécialisés, ou les deux. Cette fois-ci, c’est le distributeur Five Roses Press qui a décidé d’être généreux. Et c’est une excellente chose parce que parmi ces envois dont aucun, je dis bien aucun, ne m’était connu, il y a de fort bonnes choses et les styles pratiqués sont bien variés. C’est un peu de la cuisine interne que je livre ici, mais je pense que c’était pertinent à signaler.

Le premier groupe de la série provient de Brooklyn et nous propose en entrée une longue incantation. La voix est féminine, éthérée et fort haut perchée. De la dream-pop diront certain. De la pure nonchalance rétorqueront d’autres. C’est que les premiers morceaux sont un peu répétitifs (Light The Fire). Au niveau des paroles, on doit arriver à deux phrases en les mettant toutes bout-à-bout, mais on le comprend bien vite, le contenu littéraire n’est pas le but premier. Ça monte par étages, mais d’un morceau à l’autre, ce qui fait tout de même une fort longue entrée en matière, qui aura sa récompense comme on le verra. Dans le genre, on pourra se rappeler les passionnants The Besnard Lakes, plus constants au sommet.

Mais vous nous connaissez, on préfère toujours s’attarder sur ce qu’on a aimé, et il y a des motifs de satisfactions sur cet album. On attendra donc la moitié du troisième morceau pour que Tragic s’emballe enfin, sur un mode de révolte larvée qu’on retrouvera aussi sur un Yeah Yeah qui s’anime à mi-morceau. Entre les deux figure le meilleur morceau, le plus pop In The Light qui allie une voix qui évoque Au Revoir Simone et une belle intensité. Pas de doute, un groupe capable de ça en a sous la pédale.

Il y a donc des morceaux pour lesquels on attend un réveil qui ne vient pas, au contraire de vrais moments de fièvre. C’est évidemment sur ces derniers qu’il conviendra de s’attarder. En poussant le raisonnement jusqu’au bout, on peut voir cet album qui ne sort que maintenant en Europe comme un continuum avec une lente montée, une acmé et une descente. Sachez-le si vous ne voulez pas décrocher en route. Mais la vue est belle du sommet.

Cet album s’écoute sur [bandcamp-> http://shanafalana.bandcamp.com/album/in-the-light$
http://www.shanafalana.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)