Accueil > Musique > Concerts > Gaëtan Roussel, Botanique, 07/11/2013

Gaëtan Roussel, Botanique, 07/11/2013

vendredi 8 novembre 2013, par Marc

Propre, pro et souriant


On peut dire que c’est un vrai marathon de concerts qui s’annonce ce mois-ci. Ce n’est pas notre faute si les artistes qui nous intéressent ne se produisent qu’en novembre...

Christine and The Queens, ça commence de façon amusante. Les deux danseurs qui tiennent le micro apportent une petite touche de décalage bienvenue. Malheureusement, après un morceau, ils laissent la chanteuse toute seule. Elle est habillée comme Sandra Kim en 1986, prononce difficilement des paroles pas passionnantes, le tout sur une bande enregistrée et sans que la voix (pas agressive du tout pourtant) ne séduise. On a l’impression d’un spectacle de variétoche sans relief alors que la prétention est sans doute tout autre. Vous aurez compris que l’appel du bar a gagné.

On revient bien évidemment pour Gaëtan Roussel qui ne vient vraiment pas seul pour le coup. Avec deux choristes (indispensables pour presque tous les morceaux) et cinq musiciens dont deux batteurs, il a du soutien. Il ne sort pas immédiatement la grosse artillerie d’ailleurs, se cantonnant prudemment au dernier album, montant légèrement la fin de La Simplicité et enchainant sur le dernier single Eolienne. Et puis un voile se lève, support à des projections plutôt réussies. C’est là que des tubes du premier album sont lâchés. La tension monte d’un cran.

Elle semble bien loin la période Louise Attaque, celle de Tarmac aussi, dont il ne reprend rien, sinon une habitude des reprises bien senties. Il y aura donc J’envisage de Gainsbourg et Bashung (on se souvient alors qu’il avait repris J’passe pour une Caravane sur l’album d’hommage) et le toujours excellent Road To Nowhere des Talking Heads. Entre les deux, des tubes sont étirés dans des versions vitaminées. C’est propre, pro, mais manque peut-être d’un peu de folie (on peut sans doute faire plus dingue avec un batteur ET un percussionniste). Je pense que c’est le début de la tournée, ceci expliquant sans doute celà. Pour le reste, Gaëtan a l’air content d’être là et le public aussi. La pop assez atypique de la scène française passe en tous cas sans problème la rampe du concert.

Restez à l’écoute, il y aura encore bien des comptes-rendus prochainement. Et on peut dire définitivement du très gros calibre...

Ces photos et d’autres se trouvent ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)