Accueil > Musique > 2014 > My Little Cheap Dictaphone - The Smoke Behind The Sound

My Little Cheap Dictaphone - The Smoke Behind The Sound

lundi 10 février 2014, par Marc

To the point


La dernière fois qu’on avait entendu parler de My Little Cheap Dictaphone, c’était pour l’album The Tragic Tales Of A Genius, versant musical d’un projet plus ambitieux, avec de vrais morceaux de violons et de scénographie dedans.

Ne plus se lancer dans un projet ultra ambitieux ne veut pas dire album minimaliste pour les Liégeois. Comme on aimait des trucs distingués comme Get Well Soon on était ravis. Qu’est-ce qui remplace les cordes ? Tout simplement des synthés. Sans que le choc ne soit rude, on ne retrouve plus cette veine-là sur cet album-ci. Le premier single était Bitter Taste of Life et, bien franchement, n’avait pas plus excité que ça. Ce n’est pas non plus un morceau typique, donc c’est presqu’une fausse alerte. Dans le contexte de l’album, il en représente le versant plus synthétique qu’exploite aussi l’agréable mais moins marquant Rabbit Holes.

Vous l’aurez compris, ce n’est pas nécessairement ce qu’on préfère (même si ça reste très agréable dans le contexte de l’album), surtout que ce son convient très bien au langoureux Summer In The Dark. Ce morceau s’élève, mais ils ne tirent pas sur la ficelle et ce chorus se révèle presque trop court. Même remarque pour le plus intime Feather Smile dont ils interrompent un final qui promettait de la consistance. Un goût de trop peu donc, mais qui manifeste une volonté de concision, d’efficacité. C’est d’ailleurs tout à fait ce qu’on retrouve sur les plus enlevés You Are Not Me ou Out Of The Storm. On pense à quelques morceaux de Ghinzu pour rester dans les gloires nationales.

En concert, quand ils annoncent Fire en fin de rappel, ils précisent qu’ils ne pourront plus rien faire après. On comprend quand on entend Redboy s’époumoner mais il est plus surprenant de retrouver ce morceau en introduction ici. L’implication est forcément moindre, mais ça reste un morceau diablement efficace. MCLD est donc un groupe qui peut apporter une vraie valeur ajoutée à ses prestations live. Le clip est ci-dessous si vous voulez vous faire une meilleure idée. Il abattent donc leur carte majeure d’emblée.

Mais cet album n’en est pas autant une lente descente, parce qu’ils ont trouvé un son qui leur convient, et démontrent qu’ils n’ont pas besoin de beaucoup de moyens pour se révéler ample. Leur ambition se condense donc en un album plus direct et efficace, mature et qui va sans doute bien se garder.

http://mylittlecheap.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)