Accueil > Musique > 2014 > Will Stratton - Gray Lodge Wisdom

Will Stratton - Gray Lodge Wisdom

mercredi 7 mai 2014, par Marc

La vie avant tout


Le temps n’a pas la même prise sur tout le monde. A 27 ans, Will Stratton sort son cinquième album et a déjà vaincu un cancer. Il serait évidemment hasardeux de renvoyer dos à dos les deux expériences mais il serait un peu injuste de les oublier. Surtout que cette pénible maladie surmontée ne jette pas un voile morbide sur ce Gray Lodge Wisdom.

Le premier morceau est un peu surprenant par rapport qu’on en avait entendu sur le très bon Post-Empire. On ressent d’emblée cette belle mélancolie mais pas encore d’arpège (ça viendra après) juste un petit riff. Il reçoit pour le coup l’aide du groupe The Weather Station (aaah, la voix basse de Tamara Lindeman) et c’est sans doute ce qui rend le morceau un peu différent et devrait aussi logiquement servir de carte de visite pour encore élargir son public. Et puis un peu de paroles désabusées dues sans doute au contexte douloureux. Ce premier morceau égrène donc une liste de questions comme Why singing about life/while I’m still alive. Il arrive à mettre la distance nécessaire pour que ce ne soit pas une longue plainte mais une méditation. Pourtant, il confesse plus loin I don’t have no wisdow/Wisdom is for those who have time.

Admirateur déclaré de Nick Drake, il déroule dès le second morceau un picking savant mais léger qui confine parfois à la véritable virtuosité (Long Live Hudson River) mais arrive à jeter des ponts avec des bâtisseurs de merveilles comme DM Stith. On retrouve tout le charme de l’album précédent. De la mélancolie un peu sourde mais tellement prenante (Do You Love Where You Live) et quand il y un soupçon de violon (les arrangements sont signés Sarah Kirkland Snider, rien que ça) et de piano, c’est encore meilleur (Yeah, I’ll require Your Love). C’est comme ça qu’il trouve un équilibre encore plus travaillé que par le passé, encore plus facile d’accès. Il peut donc étirer une introduction pour qu’un morceau exhale un maximum de parfum (Fate Song).

Sans doute parce que l’album précédent est déjà passé par là, sans doute aussi parce que son talent est encore plus manifeste et lumineux, cet album de Will Stratton a la carrure des amis pour la vie. En voilà un qu’on avait mis bien haut dans la liste des artistes à suivre et qui confirme de la plus belle des manières les espoirs placés en lui. La vie a vaincu et vibre comme jamais.

http://willstratton.bandcamp.com/
http://willstratton.com/
http://talitres.bigcartel.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)