Accueil > Critiques > 2014

Will Stratton - Gray Lodge Wisdom

mercredi 7 mai 2014, par Marc

La vie avant tout


Le temps n’a pas la même prise sur tout le monde. A 27 ans, Will Stratton sort son cinquième album et a déjà vaincu un cancer. Il serait évidemment hasardeux de renvoyer dos à dos les deux expériences mais il serait un peu injuste de les oublier. Surtout que cette pénible maladie surmontée ne jette pas un voile morbide sur ce Gray Lodge Wisdom.

Le premier morceau est un peu surprenant par rapport qu’on en avait entendu sur le très bon Post-Empire. On ressent d’emblée cette belle mélancolie mais pas encore d’arpège (ça viendra après) juste un petit riff. Il reçoit pour le coup l’aide du groupe The Weather Station (aaah, la voix basse de Tamara Lindeman) et c’est sans doute ce qui rend le morceau un peu différent et devrait aussi logiquement servir de carte de visite pour encore élargir son public. Et puis un peu de paroles désabusées dues sans doute au contexte douloureux. Ce premier morceau égrène donc une liste de questions comme Why singing about life/while I’m still alive. Il arrive à mettre la distance nécessaire pour que ce ne soit pas une longue plainte mais une méditation. Pourtant, il confesse plus loin I don’t have no wisdow/Wisdom is for those who have time.

Admirateur déclaré de Nick Drake, il déroule dès le second morceau un picking savant mais léger qui confine parfois à la véritable virtuosité (Long Live Hudson River) mais arrive à jeter des ponts avec des bâtisseurs de merveilles comme DM Stith. On retrouve tout le charme de l’album précédent. De la mélancolie un peu sourde mais tellement prenante (Do You Love Where You Live) et quand il y un soupçon de violon (les arrangements sont signés Sarah Kirkland Snider, rien que ça) et de piano, c’est encore meilleur (Yeah, I’ll require Your Love). C’est comme ça qu’il trouve un équilibre encore plus travaillé que par le passé, encore plus facile d’accès. Il peut donc étirer une introduction pour qu’un morceau exhale un maximum de parfum (Fate Song).

Sans doute parce que l’album précédent est déjà passé par là, sans doute aussi parce que son talent est encore plus manifeste et lumineux, cet album de Will Stratton a la carrure des amis pour la vie. En voilà un qu’on avait mis bien haut dans la liste des artistes à suivre et qui confirme de la plus belle des manières les espoirs placés en lui. La vie a vaincu et vibre comme jamais.

http://willstratton.bandcamp.com/
http://willstratton.com/
http://talitres.bigcartel.com/

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)