Accueil > Musique > 2016 > Róisín Murphy - Take Her Up To Monto

Róisín Murphy - Take Her Up To Monto

vendredi 5 août 2016, par Marc


Dans un monde normal, la musique de Róisín Murphy devrait me laisser froid au mieux. House chantée, molasse et alambiquée, ce n’est pas exactement ce qui me passionne. Pourtant, il y a avec l’Irlandaise une connivence immédiate, qui ne m’a quitté que le temps d’Overpowered. Et si on est étonnés de la retrouver aussi vite après le très réussi Hairless Toys de l’an passé, c’est parce que les deux albums puisent leur substance dans la même session de 5 semaines avec le producteur Eddie Stevens.

Comme souvent chez elle, la pochette intrigue, et le WTF est toujours de mise. Le titre quant à lui est tiré d’une chanson irlandaise popularisée par les Dubliners. On est donc en terrain connu, c’est-à-dire toujours légèrement surpris. Et musicalement, les chosent partent bien fort avec Mastermind. On retrouve une tension, une section rythmique bien solide, une verve qui en font d’emblée le meilleur morceau de l’album.

Mais on ne tardera pas à voir que cet album n’est pas le pendant nerveux de son prédécesseur. En effet, la diva post-disco brouille les pistes, sème le doute. Son sens de l’humour déviant l’emmène en effet du côté du cabaret déviant (Pretty Gardens, fascinant malgré un aspect bien vaporeux), de la pop ensoleillée avec Lip Service qui peut reposer sur une mélodie au top pour emballer un air de bossa qui lui convient de façon surprenante.

Ces morceaux sont donc étrangement variés et riches, perpétuellement mouvants. Ce ne sont pas de brusques soubresauts confinant au collage comme chez Of Montreal mais une évolution subtile qui nous emmène ailleurs malgré nous. C’est évidemment quand elle joue de cette rupture que cet album est le meilleur. Quand elle emballe Ten Miles High en reprenant quelques gimmicks à son ancien groupe Moloko (le vocoder) par exemple, ou quand une dose massive de mélancolie est injectée à la seconde partie de Thoughts Wasted, avec sa voix en mode grave mais toujours évocatrice.

A l’opposé, l’attention peine à se fixer sur les contours flous de Nervous Sleep. Mais l’inventivité est une attitude, et plutôt que détourner l’attention le temps d’un morceau direct, elle préfère prendre la tangente. On trouve donc Róisín Murphy exactement où on l’attendait, c’est-à-dire poussant ses explorations de ce qui doit suivre la musique disco ou house. Plus aventureux que son premier volet Hairless Toys, cet album-ci est un carnet de voyage parfois âpre mais souvent gratifiant.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)