Accueil > Critiques > 2016

Róisín Murphy - Take Her Up To Monto

vendredi 5 août 2016, par Marc


Dans un monde normal, la musique de Róisín Murphy devrait me laisser froid au mieux. House chantée, molasse et alambiquée, ce n’est pas exactement ce qui me passionne. Pourtant, il y a avec l’Irlandaise une connivence immédiate, qui ne m’a quitté que le temps d’Overpowered. Et si on est étonnés de la retrouver aussi vite après le très réussi Hairless Toys de l’an passé, c’est parce que les deux albums puisent leur substance dans la même session de 5 semaines avec le producteur Eddie Stevens.

Comme souvent chez elle, la pochette intrigue, et le WTF est toujours de mise. Le titre quant à lui est tiré d’une chanson irlandaise popularisée par les Dubliners. On est donc en terrain connu, c’est-à-dire toujours légèrement surpris. Et musicalement, les chosent partent bien fort avec Mastermind. On retrouve une tension, une section rythmique bien solide, une verve qui en font d’emblée le meilleur morceau de l’album.

Mais on ne tardera pas à voir que cet album n’est pas le pendant nerveux de son prédécesseur. En effet, la diva post-disco brouille les pistes, sème le doute. Son sens de l’humour déviant l’emmène en effet du côté du cabaret déviant (Pretty Gardens, fascinant malgré un aspect bien vaporeux), de la pop ensoleillée avec Lip Service qui peut reposer sur une mélodie au top pour emballer un air de bossa qui lui convient de façon surprenante.

Ces morceaux sont donc étrangement variés et riches, perpétuellement mouvants. Ce ne sont pas de brusques soubresauts confinant au collage comme chez Of Montreal mais une évolution subtile qui nous emmène ailleurs malgré nous. C’est évidemment quand elle joue de cette rupture que cet album est le meilleur. Quand elle emballe Ten Miles High en reprenant quelques gimmicks à son ancien groupe Moloko (le vocoder) par exemple, ou quand une dose massive de mélancolie est injectée à la seconde partie de Thoughts Wasted, avec sa voix en mode grave mais toujours évocatrice.

A l’opposé, l’attention peine à se fixer sur les contours flous de Nervous Sleep. Mais l’inventivité est une attitude, et plutôt que détourner l’attention le temps d’un morceau direct, elle préfère prendre la tangente. On trouve donc Róisín Murphy exactement où on l’attendait, c’est-à-dire poussant ses explorations de ce qui doit suivre la musique disco ou house. Plus aventureux que son premier volet Hairless Toys, cet album-ci est un carnet de voyage parfois âpre mais souvent gratifiant.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)