Accueil > Musique > 2018 > Olivier Savaresse - Le Courage Des Innoncents

Olivier Savaresse - Le Courage Des Innoncents

jeudi 31 mai 2018, par Marc


Oui, on vous avait déjà parlé d’Olivier Savaresse, de son univers musicalement riche et de ses mots déroutants. On est donc bien content de le retrouver en gardant intact le plaisir de la surprise. Parce que s’il y a des traits communs avec son exercice précédent, ils semblent s’incarner dans un amour assez fort de la tangente.

A chaque fois qu’on pense avoir compris, on tourne à droite ou à gauche avec une belle santé. Le thème assumé est donc selon ses propres termes le courage des innocents, c’est à dire du courage des victimes innocentes d’actes violents perpétrés par des gens qui veulent imposer par la force leur vision du monde. Cette intention se traduit d’abord dans un récit de voyage, distillé dans un style au vocabulaire fort riche et occasionnellement abscons, comme une narration du XIXème siècle d’un explorateur tombant amoureux d’une beauté exotique dont la tribu est soumise à des tribulations. Et puis quand on pensait avoir affaire à un album concept, il s’en échappe et se lance dans de bien marrantes (et débitées avec un sérieux de pape un peu narquois) considérations scientifiques sur des sujets aussi variés que la théorie des ensembles ou le concept de voix.

C’est pertinent sous deux aspects. Tout d’abord pour apporter de la variété. Ensuite pour couper court à une comparaison parfois inévitable avec Serge Gainsbourg. Par exemple, la mélodie de La Langue fera immanquablement penser à Marylou Sous La Neige et les grands albums orientés autour d’un thème (L’Homme à Tête de Chou) sont des références assez claires.

Musicalement, on reprend contact avec son groove dès le second morceau et ce sont de bien agréables retrouvailles, il se mêle toujours fort bien à son récit. La Voix propose aussi une bien belle accélération (et quelques extraits de radio) et on notera les guitares acides de L’Infini ou la très belle mélodie d’Un Jour Prochain.

On le voit, s’il existe occasionnellement des rapprochements assez évidents, la patte d’Olivier Savaresse reste bien personnelle et trouve le bon ton entre la distance et la virtuosité des notes et des mots.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)