Accueil > Musique > 2018 > Simawé - Walk For a Kid

Simawé - Walk For a Kid

mercredi 3 octobre 2018, par Marc


Il n’est jamais trop tard pour s’ouvrir. Les musiques ensoleillées, métissées ou simplement chaloupées n’ont pas beaucoup droit de cité ici. Tout simplement parce que ce n’est pas ce que j’écoute et c’est une limitation sans doute inévitable pour un site à rédacteur unique.

Mais parfois, l’effort (minime) est récompensé. Partant de l’idée que pour parler valablement de quelque chose il faut l’écouter beaucoup, on sait vite si on a envie de passer du temps avec des artistes. Alors que leur sphère semblait être fort éloignée de la mienne, il y a eu une connivence assez rapide avec le groupe d’Angers. Formé d’un chanteur-batteur entouré de quatre guitaristes, ils proposent en tout cas un album fort solide et une tracklist généreuse. Une fois qu’on connait ce line-up, on distingue en effet plusieurs sons distincts qui s’agglomèrent en une belle harmonie.

C’est logiquement quand ils se font plus directs (Hard To Say) qu’ils sont le plus percutants, sachant qu’il est plus facile de tenir quand le rythme est maintenu (Sooner or Later, Black Bird). C’est pour ça que les écoutes peuvent se multiplier sans problème.

Il y a évidemment des notes de musique du monde sur Mama Goes avec une basse bien charpentée. Elles sont bien intégrées en tous cas, tout comme le violon sur Maria. Evidemment je suis un peu moins client quand le curseur passe au reggae (Morning In The World), même s’il faut convenir que c’est très estival. Pure question de goût personnel donc. Le chaloupement est réussi (Walk For a Kid), c’est bien logique.

Le chanteur prend un pseudo-accent jamaïcain sur Lost At Sea ou Mama Goes. En fait, c’est une façon de contourner le problème de l’accent frenchie et vu le genre pratiqué, c’est très bien vu.

Cet album solide et riche dans ses influences bien intégrées ne pourra que ravir ceux qui fréquentent des festivals comme La Sémo ou Esperanzah, et pourra pour les autres constituer une bien agréable respiration.

L’album est en écoute gratuite ici :
https://www.simawe.com/#albums

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)