Accueil > Critiques > 2018

Coffee or Not - Hidden Floor

vendredi 12 octobre 2018, par Marc


Il faut du temps pour vraiment se rendre compte de ce qu’il reste d’un album. Ainsi, on garde encore en mémoire la ligne de basse de Lightweight sorti il y a deux ans et demi et on apprécie d’en retrouve l’écho sur Salento. Coffee or Not ne nous avait donc pas vraiment quitté.

C’est sa voix à lui qui entame les hostilités, sur un tapis sonore plutôt dépouillé. Mais on le devine et on s’en rend compte bien vite, c’est un échauffement. Les choses sérieuses commencent avec la conjonction d’une rythmique toujours serrée et sa voix à elle. La combinaison qui a fonctionné et fonctionne toujours chez eux. La voix de Soho Grant n’a pas besoin de beaucoup d’atours pour s’exprimer mais c’est en conjonction avec une rythmique bien présente que l’effet est le plus convaincant.

Il y a toujours du Blonde Redhead dans les influences mais dans les sons, on est parfois proches du Seventeen Seconds de The Cure (Completion). Autant dire qu’on est assez ravis, de même quand le son de basse se fait assez dark (Hidden Floor) et occupe souvent les avant-postes. On lorgne donc plus du côté d’un krautrock apaisé que des délires gothiques de toute façon.

Mais ce n’est pas uniforme de toute façon. Sleepless Run est plus mélancolique, avec un gimmick rapide de guitare qui fonctionne vraiment bien. Les morceaux faussement enjoués en accords mineurs frappent souvent juste et ils exploitent merveilleusement le filon ici. Le même charme opère sur Dear Earth et ses cloches

Ils chérissent toujours autant les exercices hors-format. C’est Slo-Mo ici dont la première partie est assez recueillie avant le long chorus. Ce n’est étrangement pas le dernier morceau puisque l’apaisé Clockwork articulé autour d’un clavier vient prendre congé de nous. De même que les bonnes recettes de cuisine font rarement appel à des ingrédients nouveaux, c’est l’agencement et l’équilibre qui font mouche ici, qui fait la personnalité indéniable et attachante du duo bruxellois.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)