Accueil > Musique > 2019 > Camilla Sparksss - Brutal

Camilla Sparksss - Brutal

mardi 2 juillet 2019, par Marc


Moderne est une épithète qu’on a perdu l’habitude d’utiliser, à laquelle on ne pense même plus. Les avancées technologiques n’ont même pas réhabilité le terme qui comme celui de ‘nouveau’ vit un purgatoire sémantique. Alors qu’en musique on se contente souvent de classer selon le revival idoine, il arrive aussi qu’on trouve un.e artiste qui secoue nos oreilles et nous convainc que l’important, c’est ici et maintenant.

On connaissait surtout la Canadienne Barbara Lenhoff via son groupe post-punk Peter Kernel dont elle est la moitié. On avait fait moins attention à sa carrière solo qui la voit sortir un percutant second album. Cela dit, son comparse dans Peter Kernel Aris Bassetti est là à l’écriture et surtout à la production, avec un succès qu’on va tenter de vous décrire.

Dans sa manière de mêler tension, beats et une aura de danger, on peut penser à Xiu Xiu. Mais il serait aussi injuste qu’imprécis de n’y voire qu’une version féminine de Jamie Stewart, même si on retrouve la densité du son et le potentiel de se briser en mille morceaux pour virer vers de l’adrénaline pure (So What) avec une certaine langueur. Vocalement d’ailleurs, on lorgne plutôt du côté de la sensualité désabusée d’une Anita Lane qui déconstruirait sa voix à coups de cuts engagés.

Comme attendu, ce sont les chemins de traverse du rock et de l’électronique qui sont abordés ici mais ce qu’on aime surtout ce sont ces morceaux en perpétuelle recherche et perte d’équilibre. C’est cette beauté métastable qu’on retiendra de ce brillant premier album, une envie d’impressionner plus que de faire peur

Forget est certes prometteur, intrigant dans son montage en couche, avec une sensualité et un peu de malaise mais on ne sait pas encore qu’on est encore en surface, que les émotions fortes sont pour plus tard. Et elles ne passeront pas par des éructations mais une adjonction de percussions sur Are You OK , avant qu’elle ne lâche les gros beats sans oublier toutes les sous-couches qui rendent ce morceau assez addictif. On retrouve cette puissance et cette densité sur Womanized qui pourrait se présenter comme une actualisation des poussées de fièvre de Crystal Castles.

On enchaine les grosses pêches sans jamais user des mêmes procédés et cet album marque par cette alternance de climats. Il faut de bons morceaux pour faire un bon album, certes, mais on a ici en sus un certain charisme, une invitation à encore y revenir, comme on veut se frotter à ses propres peurs en s’offrant un nouveau tour de montagnes russes. Après l’écoute, on a envie de retrouver mes gimmicks simples et percussions complexes sur Psycho Lover qui propose quelques sons de basse énormes, on veut goûter à la distorsion qui amène une fameuse intensité à Messing With You, nous faisant pendre la mâchoire malgré nous. Et on est même prêts à se frotter de nouveau au plus rude Walt Deathney.

A tous ceux qui pensent que tout a été dit et que c’était mieux avant qu’en 2019 (et ça en fait du monde…), on devrait imposer l’écoute de ce premier album de Camilla Sparksss. Outre son caractère exemplatif, c’est surtout un des albums les plus puissants que vous entendrez cette année.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Camilla Sparksss - Brutal 3 juillet 2019 11:43, par Laurent

    Très belle découverte même si en effet, il faut avoir le cœur bien accroché !...

    Et puis, surprise à l’exploration de son Bandcamp : cet album a un prédécesseur sorti en 2014. Veine plus gothique, moins bien produit, encore plus éprouvant, mais la patte y était déjà. Ta référence à Crystal Castles apparaît en tout cas comme une évidence.

    repondre message

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)