Accueil > Critiques > 2019

Camilla Sparksss - Brutal

mardi 2 juillet 2019, par marc


Moderne est une épithète qu’on a perdu l’habitude d’utiliser, à laquelle on ne pense même plus. Les avancées technologiques n’ont même pas réhabilité le terme qui comme celui de ‘nouveau’ vit un purgatoire sémantique. Alors qu’en musique on se contente souvent de classer selon le revival idoine, il arrive aussi qu’on trouve un.e artiste qui secoue nos oreilles et nous convainc que l’important, c’est ici et maintenant.

On connaissait surtout la Canadienne Barbara Lenhoff via son groupe post-punk Peter Kernel dont elle est la moitié. On avait fait moins attention à sa carrière solo qui la voit sortir un percutant second album. Cela dit, son comparse dans Peter Kernel Aris Bassetti est là à l’écriture et surtout à la production, avec un succès qu’on va tenter de vous décrire.

Dans sa manière de mêler tension, beats et une aura de danger, on peut penser à Xiu Xiu. Mais il serait aussi injuste qu’imprécis de n’y voire qu’une version féminine de Jamie Stewart, même si on retrouve la densité du son et le potentiel de se briser en mille morceaux pour virer vers de l’adrénaline pure (So What) avec une certaine langueur. Vocalement d’ailleurs, on lorgne plutôt du côté de la sensualité désabusée d’une Anita Lane qui déconstruirait sa voix à coups de cuts engagés.

Comme attendu, ce sont les chemins de traverse du rock et de l’électronique qui sont abordés ici mais ce qu’on aime surtout ce sont ces morceaux en perpétuelle recherche et perte d’équilibre. C’est cette beauté métastable qu’on retiendra de ce brillant premier album, une envie d’impressionner plus que de faire peur

Forget est certes prometteur, intrigant dans son montage en couche, avec une sensualité et un peu de malaise mais on ne sait pas encore qu’on est encore en surface, que les émotions fortes sont pour plus tard. Et elles ne passeront pas par des éructations mais une adjonction de percussions sur Are You OK , avant qu’elle ne lâche les gros beats sans oublier toutes les sous-couches qui rendent ce morceau assez addictif. On retrouve cette puissance et cette densité sur Womanized qui pourrait se présenter comme une actualisation des poussées de fièvre de Crystal Castles.

On enchaine les grosses pêches sans jamais user des mêmes procédés et cet album marque par cette alternance de climats. Il faut de bons morceaux pour faire un bon album, certes, mais on a ici en sus un certain charisme, une invitation à encore y revenir, comme on veut se frotter à ses propres peurs en s’offrant un nouveau tour de montagnes russes. Après l’écoute, on a envie de retrouver mes gimmicks simples et percussions complexes sur Psycho Lover qui propose quelques sons de basse énormes, on veut goûter à la distorsion qui amène une fameuse intensité à Messing With You, nous faisant pendre la mâchoire malgré nous. Et on est même prêts à se frotter de nouveau au plus rude Walt Deathney.

A tous ceux qui pensent que tout a été dit et que c’était mieux avant qu’en 2019 (et ça en fait du monde…), on devrait imposer l’écoute de ce premier album de Camilla Sparksss. Outre son caractère exemplatif, c’est surtout un des albums les plus puissants que vous entendrez cette année.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Camilla Sparksss - Brutal 3 juillet 2019 11:43, par Laurent

    Très belle découverte même si en effet, il faut avoir le cœur bien accroché !...

    Et puis, surprise à l’exploration de son Bandcamp : cet album a un prédécesseur sorti en 2014. Veine plus gothique, moins bien produit, encore plus éprouvant, mais la patte y était déjà. Ta référence à Crystal Castles apparaît en tout cas comme une évidence.

    repondre message

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)