Accueil > Musique > 2019 > Paolo Spaccamonti - Volume Quattro

Paolo Spaccamonti - Volume Quattro

lundi 23 septembre 2019, par Marc


C’est un fait bien établi que les ‘albums de guitaristes’ sont en majorité des ‘albums pour guitaristes’, les instrumentistes étant souvent les seuls à goûter une virtuosité qui souvent laisse froid le ‘simple’ mélomane. Elle semble heureusement loin cette réalité pour l’album qui nous occupe puisque si c’est bien la guitare qui fournit tous les sons ici, le résultat est tout l’inverse d’une démonstration technique comme les bons manieurs de manche en ont la fâcheuse habitude.

Si on n’entendra pas de soli débridés ici (et même pas de solo du tout), la maîtrise technique est bluffante, mais mise au service des climats. Ce spécialiste de la musique de film ne fait pas vraiment de drone (il y a de la pulsation) mais montre un excellent travail sur les textures, lui permettant de varier les climats, jouant sur les complémentarités de sons de guitare (Rimettiamoci le maschere).

Les sons pleins de reverb et la boîte à rythme un peu froide confèrent à certains moments de Paul Dance une ambiance à la Seventeen Seconds ou Closer sans l’intransigeance des froids chefs-d’œuvre de The Cure et Joy Division. On note de la distorsion et ce qu’il faut de lourdeur sur Fumo Negli Occhi alors que Nina est tout en langueur. Ces quelques rapprochements montrent en tout cas une variété indéniable.

Mine de rien, ces sons et ces mélodies se sont empilées dans nos mémoires au fil des écoutes, signe que cet album est plus marquant que son apparente légèreté ne laisserait penser. On a affaire à un vrai talent de toute façon, à vous de le vérifier.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)