Accueil > Critiques > 2019

Yeah But No - Demons

vendredi 18 octobre 2019, par marc


L’expérience a ceci d’intéressant qu’on pense avoir cerné ses affinités, aiguisé ses attentes. Et parmi celles-ci (qu’on espère le plus larges possibles), il y a ce mélange de beats et d’écriture mélancolique qui peut faire mouche quand il est parfaitement exécuté comme ici. Le genre de chose qu’on adore chez leurs voisins de label The/Das et on ajoute sans hésiter le duo teuton Yeah But No.

Mais le curseur est ici plus orienté soul, plus impliqué émotionnellement, ce qui transparaît dès Caught Between Stations. Pour que ce soit réussi, il faut qu’on y croie un minimum pour que ça marche et c’est le cas ici. L’expressivité d’I Still Keep Love For You rappelle que Depeche Mode a pu réussir ce mélange de sensibilité et de force électronique. Sa prolongation presque instrumentale I Still Keep pousse le principe encore un peu plus loin et ajoute du liant. Il faut aussi que ça ne soit pas sirupeux quand la tendance est carrément tendre et sentimentale (Impossible Place). Et c’est la cas. La voix peut d’ailleurs se faire plus grave (I Don’t Want To Know).

On fond aussi (surtout ?) quand ils poussent le beat, franc et sec sur Run Run Run, qui s’est tout simplement imposé comme un des meilleurs moments de l’année. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi la puissante intensité de Put Your Armor On avec un beat un peu plus lent, un très beau grain de son et de la variation. Rien que pour ces deux hauts faits, on est récompensés d’avoir fait le déplacement. Il y a aussi la belle résurgence de Fall Apart pour nous raccompagner sur la pas de la porte en d’excellentes dispositions, pour sortir de ce bel album par le haut. On sait que ce genre de prédiction ne marche jamais, pourtant, tout semble en place ici pour un succès mérité. Ca commence par vous.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)