Accueil > Critiques > 2019

Yeah But No - Demons

vendredi 18 octobre 2019, par Marc


L’expérience a ceci d’intéressant qu’on pense avoir cerné ses affinités, aiguisé ses attentes. Et parmi celles-ci (qu’on espère le plus larges possibles), il y a ce mélange de beats et d’écriture mélancolique qui peut faire mouche quand il est parfaitement exécuté comme ici. Le genre de chose qu’on adore chez leurs voisins de label The/Das et on ajoute sans hésiter le duo teuton Yeah But No.

Mais le curseur est ici plus orienté soul, plus impliqué émotionnellement, ce qui transparaît dès Caught Between Stations. Pour que ce soit réussi, il faut qu’on y croie un minimum pour que ça marche et c’est le cas ici. L’expressivité d’I Still Keep Love For You rappelle que Depeche Mode a pu réussir ce mélange de sensibilité et de force électronique. Sa prolongation presque instrumentale I Still Keep pousse le principe encore un peu plus loin et ajoute du liant. Il faut aussi que ça ne soit pas sirupeux quand la tendance est carrément tendre et sentimentale (Impossible Place). Et c’est la cas. La voix peut d’ailleurs se faire plus grave (I Don’t Want To Know).

On fond aussi (surtout ?) quand ils poussent le beat, franc et sec sur Run Run Run, qui s’est tout simplement imposé comme un des meilleurs moments de l’année. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi la puissante intensité de Put Your Armor On avec un beat un peu plus lent, un très beau grain de son et de la variation. Rien que pour ces deux hauts faits, on est récompensés d’avoir fait le déplacement. Il y a aussi la belle résurgence de Fall Apart pour nous raccompagner sur la pas de la porte en d’excellentes dispositions, pour sortir de ce bel album par le haut. On sait que ce genre de prédiction ne marche jamais, pourtant, tout semble en place ici pour un succès mérité. Ca commence par vous.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)