Accueil > Musique > 2017 > The/Das - Exit Strategies

The/Das - Exit Strategies

lundi 4 décembre 2017, par Marc


Emporté par le flot continu des sorties, j’ai mis un temps trop grand avant de partager mon enthousiasme pour le premier album de The/Das. Maintenant que c’est fait, on peut se pencher ensemble sur leur seconde réalisation. Autant le dire tout de suite, il ne faut pas ici s’attendre à retrouver tout ce qui nous avait tant plus sur Freezer. Ce qui ne veut pas dire que ce qu’on entend est dénué d’intérêt, mais le style a sensiblement évolué et il faut quelques écoutes pour diluer le souvenir et se concentrer sur le présent. Comme le premier, c’est un album qu’on a ‘usé’ par beaucoup d’écoutes et qui se révèle très apte aux fortes rotations.

Ce qui n’a pas changé, c’est la science du son mais elle est mise au service d’un genre un peu différent, plutôt bercé de house minimale si vous voulez mon avis. On retrouve des sons typiques du genre sur Nano Spinacio et Drug Dilling en est un autre exemple frappant, avec des sons plus happy qui viennent rehausser la fin de morceau.

Le premier morceau est pourtant dans la continuité du premier album, avec une atmosphère languide et des voix de tête qui ne sont pas sans rappeler Tv On The Radio. On retrouve au final moins de mélancolie, certes, mais toujours du groove cotonneux. Love Boat avec ses vocaux volontairement décalés se présente un peu comme la house détendue qu’on goûte peu ici mais déployé avec une compétence certaine.

Il faudra attendre un peu pour la pulsation qui viendra avec Ischia dont le son un peu deep qui couvre bien le tout et sert de lancement à une voix africaine qui apporte un décalage bienvenu et pas biscornu pour le coup. L’éclectisme n’est que de façade et n’apparait que quand on détaille, pas à l’écoute intégrale qui voit s’enchainer sans problème le très atmosphérique Brace For landing, le long Moon est un morceau qui n’aurait pas déparé l’historique Transitions de Richie Hawtin, sorte de manifeste minimal.

On a moins de morceaux plus ‘pop’ couverts par des sons vraiment aux petits oignons, ils misent ici plus sur les ambiances et le travail du son. C’est de la subtilité que naît l’intensité sur Dog Sled ou Fool You avec ses éclats de voix éthérées.

Sans doute un peu moins percutant parce que plus contemplatif et moins orienté ‘chanson’, la suite de l’excellent Frozen sait prendre son temps. On l’avait déjà dit pour Apparatou Moderat, il est indéniable que pour certains pans de la musique électronique, les Teutons gardent la main. Cette technique leur permet de sensiblement faire évoluer leur style sans perdre leur âme ni leur intérêt.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)