Accueil > Critiques > 2021

INSTITUT - L’effet waouh des zones côtières

mercredi 21 avril 2021, par marc


L’humour n’est pas seulement l’ultime politesse du désespoir mais sans doute une des meilleures armes pour décrire le réel par la bande. On ne pourra pas faire l’économie de Didier Super pour comprendre notre époque. A une distance assez respectable de cet aspect potache se trouve l’ultra-moderne solitude d’INSTITUT. L’humour est la meilleure façon de se faire des amis. Ou d’en perdre plein, c’est selon. Mais ici, la connivence s’établit assez vite. Avant même l’écoute d’ailleurs, un petit coup d’oeil aux titres (voir le player ci-dessous) se révélant fort engageant.

Le premier degré c’est fort, ça frappe quand c’est bien fait, il n’y a pas d’équivoque. Ceci est plus détourné, voire même un peu plus subversif. On est assez proche de l’esprit du Message à Caractère Informatif par exemple. Dans les façons de raconter notre monde, on peut penser aussi à Michel Houellebecq mais sans le commentaire, ils restent dans l’évocation et c’est très bien comme ça. L’observation et sa consignation sont aussi des armes. On l’a déjà signalé pour des œuvres comme Frère Animal, si réussies soient-elles, privilégient un angle dramatique. Ici, ils peuvent se lancer dans un peu de crudité sans que ça ne choque (même en évoquant Bolsonaro en objet de désir…), ce qui est un petit exploit.

Installer un album dans le présent fait courir le risque d’apparaître connoté (après-)demain (On se voit demain/En présentiel). Est-ce que ce sera dans 60 ans aussi insupportable que La Java Des Bombes Atomiques ? On n’en sait rien en fait, on ne va pas s’en soucier pour le moment, surtout que la possibilité de prendre un peu de recul sur notre époque est salutaire. Prenez Soin de Vous fait clairement référence au confinement et on préfère garder ça en mémoire pour le futur que les foireux concerts confinés qui nous ont encombré l’année 2020.

Et musicalement ? Eh bien ça tient fortement la route. Même sans le contenu, on aurait aimé la forme. Parce que le fond se mêle bien à cette pop synthétique à la belle densité. Il faut en effet du synthé vintage pour que la dream-pop intense de Je Suis Dans La Data puisse distiller sa mélancolie infinie. On retiendra aussi à ce titre le très beau final de Comme Un Coach en Éveil de Conscience.

Paradoxalement, la mélancolie narquoise d’INSTITUT est un réconfort. Parce qu’on a besoin de ne pas prendre trop au sérieux notre fatigante époque. Le trio français (Arnaud Dumatin, Emmanuel Mario et Nina Savary) choisit d’en rire mais pas trop, d’en souligner avec une certaine gourmandise les excès de langage et il faut le dire, ça nous fait beaucoup de bien.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • INSTITUT - L’effet waouh des zones côtières 21 avril 2021 18:16, par Laurent

    Nous y voilà donc enfin, à cet effet waouh. Je me disais bien que le titre m’était familier ! Prenez soin de vous avait accompagné mon confinement et remporté son petit succès critique dans divers groupes Whatsapp ; entre-temps j’avais découvert Je suis dans le data qui ne m’avait pas autant convaincu. J’ai donc hâte, en lisant ton point de vue enthousiaste, de savoir ce que ces gens nous réservent sur la longueur.

    repondre message

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • Sylvain Fesson - Origami

    La recherche de l’inouï est un des nombreux carburants de cet étrange hobby de critique musicale. Cette épithète n’est d’ailleurs pas à prendre dans l’acception de sensationnel mais de jamais entendu. Ou du moins pas comme ça. Et c’est précisément ce qu’offre cet album de Sylvain Fesson. Et c’est pourquoi on fait une exception nécessaire à l’habitude de ne critiquer que l’actualité. Parce qu’il serait (...)

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)