Accueil > Critiques > 2022

The Smile – A Light For Attracting Attention

mercredi 15 juin 2022, par marc


Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation de légende s’associent est moins courant. Ils ont aussi associé au projet le batteur Tom Skinner.

Pourquoi dès lors ne pas terminer ces morceaux avec Radiohead, sachant qu’en plus leur producteur historique Nigel Goodrich est de la partie et que la voix de Thom Yorke est tellement caractéristique pour qu’on pense écouter autre chose ? Peut-être pour s’extraire de force d’une illusoire zone de confort. Peut-être aussi pour échapper au legs trop pesant d’une formation à succès. Ils jouent le jeu jusqu’à passer en milieu d’après-midi dans les festivals comme un groupe anonyme. Vu leur réputation, c’est sans doute exagéré mais au moins, ça les dispense de se voir réclamer Karma Police ou Creep lors des rappels. Ils ne sont donc pas motivés par le succès et rien que ça rend cet album sympathique.

Il le reste franchement à l’écoute de cet album, on profite tout de suite d’une belle franche montée sur The Same. Les morceaux ne jouent pas beaucoup des ruptures et des variations, ils s’appuient presque tous sur de solides gimmicks. Ils sont souvent mis en avant, avec une rythmique régulière mais tordue. Les morceaux sont en fait plus frontaux dans leur construction, mettant chacun une caractéristique en avant comme une basse qui martèle (The Smoke) ou des entrelacs de guitares acides (The Opposite). De plus grosses guitares sont de sortie sur You Will Never Work in Television Again, avec quelques digressions plus bruitistes mais ce n’est pas un album ardu, livrant évidemment quelques merveilles en chemin comme Skting Under The Surface qui était à la base destiné à Radiohead. L’émotion aussi point sur Speech Bubbles, et ça nous prend presque par surprise.

Que faire quand on a du succès et encore plein d’idées et d’envies ? On tente l’échappée et dans le cas des surdoués comparses, la réussite est plus que probable. The Smile n’est pas vraiment un projet défouloir mais un format plus souple pour permettre des tentatives. Il semblerait qu’un groupe qui ait déjà réussi les virages de Kid A et Amnesiac soit prévu pour tenir le choc d’expérimentations mais c’est sans doute cette réussite-même qui a motivé l’aventure. En tant qu’amateurs du groupe de base et de leurs choix, on se range à côté des nombreux auditeurs conquis par The Smile.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • The Smile – A Light For Attracting Attention 15 juin 2022 18:33, par Nokin Xavier

    Autant j’ai trouvé l’album de Dekker merveilleux de simplicité et de justesse (merci de m’avoir fait redécouvrir cet artiste), autant celui de The Smile m’a laissé de marbre au fur et à mesure des écoutes, mon enthousiasme se dégonflant dans le temps, la voix de Thom Yorke finissant même par m’irriter.

    repondre message

    • The Smile – A Light For Attracting Attention 16 juin 2022 20:26, par marc

      Dekker est sans doute un des albums que j’ai le plus écouté cette année, vraiment impeccable d’un bout à l’autre.

      Yorke et Greenwood font ce qu’ils doivent pour se motiver, pour retrouver de l’inspiration. Evidemment, la voix reste ce qu’elle est, elle ne changera plus et reste forcément dans le même registre...

      repondre message

  • Kate Nash – 9 Sad Symphonies

    Nous sommes en 2013. Après un premier album acclamé emmené par le tube Foundations, la star de Myspace a confirmé avec My Best Friend Is You la plupart des espoirs placés en elle et la voici en position de définitivement asseoir son statut avec un troisième album traditionnellement piégeux. Mais elle va relever le défi.
    Sauf que vous savez que ça ne ça ne s’est pas passé comme ça. Larguée par son (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)