Accueil > Critiques > 2010

Philip Selway - Familial

samedi 11 septembre 2010, par marc

Non peut-être ?


Bien honnêtement, il a fallu du temps pour que les informations « le batteur de Radiohead va faire un album » et « l’album de Philip Selway est sorti » fusionnent. La question à 5 cents c’est « est-ce qu’on en aurait parlé si ce n’avait pas été un membre de Radiohead ? ». La réponse à 5 cents c’est « Non peut-être ? ». Tout simplement parce que le genre pratiqué par Selway cadre bien avec ce dont on parle souvent. De plus, cet album sort sur le label Bella Union qui nous est très cher pour nous avoir déjà gratifiés des Fleet Foxes, Midlake ou John Grant, autrement dit un fournisseur d’étoiles de premier ordre.

Donc, s’il est difficile de faire abstraction du boulot de base du garçon, et si les deux têtes pensantes Johnny Greenwood et Thom Yorke ont entre autres livré avec respectivement la belle et austère musique de There Will Be Blood et un album solo de haute volée la preuve que l’union fait la force, certes, mais que leurs talents sont indéniables, le style pratiqué par Selway a le bon goût de pas ressembler à du sous-Radiohead, et même à du Radiohead tout court. De plus, il est bon cet album, et on est loin de la risible (et heureusement oubliée) tentative de James Iha des Smashing Pumpkins de livrer un album acoustique qui confondait délicat et gnangnan.

On reconnaît peut-être quelques gadgets sonores bien dissimulés sous Beyond Reason mais A Simple Life séduit par sa simplicité, sa retenue jamais austère. Et les morceaux reposent sur de jolies mélodies mélancoliques comme il faut dans le genre, comme le pratiquait Nick Drake par exemple (The Tie That Binds Us). Les cordes sont discrètes mais judicieuses, et on constate que c’est un de ces albums qu’il faut aller chercher soi-même, qui ne viendra pas vous hanter ou que vous trouverez sur le pas de la porte pour vous emmener en promenade. C’est ce qui lui coûte une étoile, parce qu’il se révèle vraiment attachant. Mais ce n’est pas lui qui vous enverra des cartes à Noël pour se rappeler à votre bon souvenir. Quoique je pense que je saurai m’en souvenir au moment de coucher mes préférences de l’année.

On ne peut pas dire qu’on retient tout, qu’on a envie de sortir en courant crier son allégresse. Mais rien n’embarrasse, et c’est une des missions principales. Et puis, le charme opère, et il s’est produit un moment où je suis passé de l’autre côté, de celui où cet album semble limpide, familier, rassurant. Il m’a donc convaincu pour sa valeur intrinsèque. Ce serait mentir de dire qu’un énorme songwriter est né mais quand on sait à quelle altitude croisent les têtes pensantes d’un des groupes les plus novateurs de la décennie précédente (je serais plus réservé sur celle-ci), on est forcément exigeant. Il n’en reste pas moins que cet album a été une excellente surprise, la connivence, comme dans les meilleurs cas, grandissant avec le nombre des écoutes. Ceci est donc un disque de niche mais on habite cette niche (si on peut dire).

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)