Accueil > Musique > 2022 > Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est Content

vendredi 2 septembre 2022, par Marc


Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !

Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la matière à exégèse. Et pourtant. C’est un collègue maintenant et on l’a souvent écoutée, cette compilation au long titre.

Si vous avez un compte Facebook la genèse des morceaux est commentée et c’est plutôt gratiné, on attend une publication, ça vaut finalement toutes les autobiographies. Et puis c’est éclairant. Par exemple, dans ses notes, il ne semble pas se souvenir si Ma Vie Est Nulle, Elle Est Conceptuelle était ironique ou pas (penchant tout de même vers le ‘ou pas’) et cette indécision aide à garder une part de mystère et d’empathie (un peu relative en l’espèce). Cette propension à rester en équilibre entre le premier et le second degré est d’ailleurs un des points d’attrait de cette compilation, et cette frontière semble encore plus floue qu’elle ne l’est devenue.

Musicalement aussi, le côté démo est assumé (c’en sont après tout...), avec l’inévitable boîte à rythme sur Le Jogging Sociabilise Les Obsédés Sexuels. Quand on a un titre pareil, il n’y a presque pas besoin de chanson. D’une manière générale, les titres sont au minimum intrigants, au mieux une petite histoire à eux seuls. C’est un art qui n’est donc pas réservé à la musique instrumentale.

Comme certains de ces morceaux sont anciens, on remarque que même la voix a changé, c’est d’ailleurs son traitement et la façon de la poser qui pourra déconcerter le plus et n’est pas homogène parmi les 20 morceaux proposés ici. Surtout quand c’est un certain David Jestin qui s’y colle sur France Halacoma pt.1 qui nous rappelle les exercices de notre compatriote Carl. Mine de rien, plein de titres restent en tête, pour leur idée ou leur résultat. Epinglons donc Le Dernier Concert de Centremonde ou Tori Spelling’s Song. Si vous aimez la conjonction d’une boite à rythme et d’accords mineurs sur grosse guitare, il y a de quoi faire et ça fonctionne souvent (sur La Léproserie par exemple). Bref, ceci ne devrait pas être une porte d’entrée à une discographie dont on n’a pas encore tout découvert mais si vous avez suivi le chemin jusqu’ici, pas de raison de décrocher !

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Mais oui, en effet... on est arrivés jusqu’ici, c’est pas pour craquer à deux mètres du bol de sangria (oui, je viens de citer Bigard). On aurait tort de ne pas explorer plus avant cette disco conceptuelle (comme sa vie donc) et toujours aussi truffée de bonnes surprises. Merci de nous le rappeler d’ailleurs, car le rythme de ses sorties est si frénétique qu’il ne se laisse jamais le temps de nous avoir manqué. Pour autant, je ne boude pas mon plaisir !

    repondre message

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)