Accueil > Critiques > 2023

Caesar Spencer - Get Out Into Yourself

vendredi 28 avril 2023, par Marc


Anglais né au Pérou, Caesar Spencer réside aujourd’hui en France. Une origine qui lui permet de présenter un mélange subtil entre traditions anglo-saxonne et française s’était déjà retrouvé sur Maxwell Farrington et le Superhomard. Disons-le d’emblée, la voix est un peu plus assurée ici et est une des points positifs de cet album. Nous verrons qu’il y en a bien d’autres.

Le morceau introductif est un peu surf-rock, pour être certain qu’on puisse tout de suite identifier les revendications d’époque. Les choses plus sérieuses commencent juste après avec l’ampleur du mélange cordes et guitares sur Get Put Into The Pigs. Un beau morceau bien classieux et ce n’est vraiment pas le seul.

Avec une voix féminine comme celle de Mareva Galanter sur When I Whisper In Your Ear, les références sont claires, on vise ce que Nancy Sinatra et Lee Hazelwood ont pu faire. C’est évidemment un modèle hors d’atteinte mais force est de constater qu’il y a ici les moyens des ambitions et que le résultat est plaisant. Il a notamment convoqué Jacqueline Taïeb, Jo Wedin, Jean Felzine ou Gilles Tandy pour apporter de la crédibilité et de l’épaisseur.

Si tout ceci est bien classieux, on ne peut pas dire que c’est intemporel parce que c’est très connoté sixties. Cependant, il y a aussi des moments où un peu de puissance actuelle reprend le dessus et c’est dans ces moments-là que cet album prend toute sa dimension. Jane Loves The Highway est de ceux-là. On se rappelle alors qu’Arctic Monkeys a pris ce genre de virage il y a plusieurs albums et ceci est dans cette lignée qui peut aussi compter Balthazar. Ils savent faire monter un chorus en tous cas sur Waiting For Sorrow ou l’impressionnante plage titulaire, pour un morceau qui pour le coup ne sonne pas daté.

Ici, les intentions sont claires, c’est une certaine vision classique qui est mise en avant. Mais il y a deux bonnes nouvelles. Tout d’abord il se donne les moyens de ses ambitions et il arrive à pousser ce style vers le haut avec une vraie puissance de feu.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Caesar Spencer - Get Out Into Yourself 1er mai 17:27, par Laurent

    Ah oui, très très vintage ! La voix (pas si éloignée de celle de Tom Smith des Editors) pèche un peu niveau accent, mais j’avoue un gros faible pour Waiting for Sorrow. Très beau titre avec l’irrésistible Jacqueline Taïeb (dont j’apprends du coup qu’elle chante encore, c’est fou).

    repondre message

    • Dans le genre, c’est vrai qu’il a d’excellents morceaux.

      Il y a eu l’année passée un album complet de remises au goût du jour de chansons de Jacqueline Taïeb, j’avoue que j’avais passé mon tour, je devrais aller jeter une oreille tout de même...

      repondre message

  • Patrick Wolf - Night Safari (EP)

    Il est des noms qu’une longue inactivité n’arrive pas à effacer. La dernière fois qu’on avait eu des nouvelles de Patrick Wolf c’était pour Sundark and Riverlight et il s’est imposé comme celui qu’on a le plus écouté. Ces relectures plus ‘organiques’ étaient impeccables et balayaient bien sa belle discographie. Il reprend les choses ici où ils les avaient laissées un peu en amont en renouant avec des (...)

  • Aïtone - Follow

    Ne pas se considérer comme la mesure de toute chose, proposer des albums qui nous ont plu sans nous faire chavirer, c’est une règle de base de la critique. Comme on peut le déduire des références très ronflantes qui parsèment le dossier de presse (Radiohead, Pink Floyd, The Beatles et Arcade Fire, un record du genre...), l’artiste français revendique des influences anglo-saxonnes.
    A ce titre, on peut (...)

  • Quentin Sauvé - Enjoy The View

    Il y a sur ce premier album du Français Quentin Sauvé un grain particulier qu’on a déjà rencontré chez des compatriotes Uniform Motion et Iamstramgram, voire même The Callstore). Bref, une écriture soignée, un lyrisme maitrisé et un son qui apparaît comme un rien synthétique, ubiquité oblige. On avait déjà professé un goût pour cette pop savante (dans l’acception proche de l’épopée savante). Même au travers (...)

  • H-Burns - Sunset Park

    La découverte d’un artiste qui nous plait s’accompagne toujours d’un sentiment de plaisir souvent teinté d’une pointe de mélancolie. Combien y en a-t-il d’autres, de pépites cachées ? On ne pourra pas répondre de façon définitive bien évidemment, on va se contenter de partager le coin à champignons qui d’ailleurs a été débusqué comme souvent par Laurent. Il aura fallu seize ans de carrière tout de même pour (...)