Accueil > Critiques > 2024

Charlie Risso - Alive

vendredi 26 avril 2024, par marc


On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).

On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on se retrouve en terrain connu, elle étend très sensiblement son univers, et ce dès l’ample Alive sorti en single.

C’est lors d’une résidence d’artiste à laquelle participait aussi Hugo Race, collaborateur de Nick Cave et auteur de fort recommandables albums solo. La conjonction des voix fonctionne indéniablement sur The Wolf en tous cas. Au rayon des inflexions de la belle voix, on se situe quelque part entre Lana Del Rey et Brisa Roché, une étrange combinaison sur le papier mais qui évite les comparaisons trop frontales. Et si ces rapprochements sont très occasionnellement littéraux (Good Track), c’est une impression très fugace parce que ses plaisirs sont différents. Et puis surtout, il y a sur quelques morceaux comme Bring Me To Life, By The Lake ou Burning The Ashes une ampleur qui ne peut qu’emporter l’adhésion.

Elle évoque David Lynch comme influence mais les qualités de cet Alive ne sont pas à chercher du côté d’ambiances étranges et cinématiques mais au contraire dans une belle ampleur et une verve qu’on n’a pas vus venir. Seul le final Time évoque clairement les sons utilisés par Angelo Badalamenti.

On l’a déjà souvent signalé, on aime beaucoup les EP parce qu’ils sont souvent plus réussis et cohérents que des albums. Passer de l’un à l’autre avec succès ne va jamais de soi mais certains artistes relèvent le défi avec brio. Charlie Risso profite du format long pour étendre son univers musical et montrer qu’elle a bien plus à offrir qu’une douceur nordique. La série de morceaux puissants proposés ici est en tous cas une vraie réussite.

https://charlierisso.bandcamp.com/music

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)