Accueil > Critiques > 2007

Amon Tobin - Foley Room

mardi 6 mars 2007, par Seb


Après le splendide « Chaos Theory », le bidouilleur brésilien revient avec « Foley Room ». Un titre inspiré par les chambres de bruitages utilisées pour doubler les films. Monsieur Tobin a pris une autre source pour créer son univers sonore. Au revoir les vinyles, bienvenue les musiciens ! Mais à sa sauce bien entendu… L’album précédent ouvrait déjà cette porte, celui-ci l’enfonce.

La première plage «  Blood stone » nous replonge dans une atmosphère connue par sa construction et ses effets ( aahh si quelqu’un avait dû inventer le reverse je crois qu’on tient notre homme) mais aux sonorités plus classiques. Violons tourbillonnants et piano se mêlent pour plonger dans un rythmique lente, solennelle et volontairement oppressante. Le décor est posé. On pourrait croire que le temps assagit mais « Esther’s » nous crache des vrombissements de moto écrasés par un rythme drum’n bass. Le temps se couvre avec « Keep your distance ». Sorte de mille et une nuits obscur, mystérieux où tambours et cymbales cherchent à se voler la vedette. (Une des pièces maîtresses de cet opus)

La suite empreinte des chemins beaucoup plus expérimentaux avec notamment « Kitchen Sink » le bien nommé où se croisent bruit d’eau et crissements de ferrailles sur fond de triangle survitaminé. Là se pose le problème des ambiances très décalées principalement composées de sons réels. En effet ce genre d’atmosphère avait déjà été expérimentée avec brio (avec «  Triple Science » sur « Out from out where » par exemple) sur base de sons triturés mais l’acoustique présente ici pourra en dérouter plus d’un. L’expérience vaut en tout cas le détour.

La fin rentre dans des sentiers plus connus. Notons « Big Furry Head » qui ne vous rassura certainement pas dans une ruelle perdue en pleine nuit (si si essayez !). Les amoureux des rythmes découpés en rondelles sauces Amon se précipiteront sur « Ever Falling » ou « Always ».

Bref un album très diversifié qui explore pas mal d’ambiances sur une base sonore commune. Ce nouveau procédé le détache d’un point de vue sonore des autres. Les puristes regretteront peut-être, les expérimentateurs apprécieront certainement.

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

2 Messages

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)