Accueil > Musique > 2007 > Eluvium : Copia

Eluvium : Copia

lundi 23 avril 2007, par Marc

Parce qu’on a tous besoin de calme


Comme je suis un garçon consciencieux, je prépare mes concerts futurs. Quand j’ai su que c’était Eluvium qui faisait la première partie d’Explosions In The Sky, je me suis procuré l’album qui par ailleurs reçoit un accueil critique élogieux unanime. Nous verrons que c’est justifié (ceci est une phrase pour ceux qui ne lisent pas les critiques jusqu’au bout).

Encore une fois et sans que je le veuille, c’est encore une production d’un résident de Portland, Oregon. Avec Menomena, The Shins, Modest Mouse et autres The Decemberists, cette ville est sans doute un des plus riches viviers de la musique indé américaine. Donc mondiale par extension. Matthew Cooper nous livre ici son cinquième album. C’est par ici que j’aborde sa discographie, excusez mon manque de références donc.

Majestueux, c’est sans doute le terme le plus approprié qu’il soit possible d’accoler à la musique d’Eluvium. Ambient, atmosphérique, dénuée de toute rythmique, la musique qui compose ce Copia coule comme un fleuve pas si tranquille.

Si la tendance générale est calme, on ne tombe jamais dans de l’easy-listening. Car si c’est tout sauf difficile, il y a trop d’intensité pour servir uniquement de musique de fond, trop de sincérité pour juste servir d’inducteur de sommeil. Paradoxalement, c’est dans les moments où on est à deux doigts du kitsch et du joli (étrangement presque synonymes à notre époque) qu’Eluvium élève le débat. On peut trouver Prelude For Time Feelers un peu limite écouté seul, mais dans le contexte à la fois espacé et sombre, un morceau comme ça prend son sens, donnant un peu de sentiment à une musique d’un abord froid. La montée en puissance du morceau reste de toute façon un des meilleurs moments de l’album. Il a de plus le bon gout d’alterner moments plus torturés (tout est relatif) et pièces plus orientées vers la mélodie pure où le piano prend une place prépondérante (Radio Ballet).

La mélancolie la plus sourde peut vous prendre n’importe quand, au détour de quelques nappes de violon bien senties (le court After Nature). C’est dans ce genre de moment qu’on comprend qu’on n’est pas toujours maitre de ses impressions, que quelques notes roublardes sont à même de vous faire gouter à cette espèce rare de post-rock synthétique mais humain.

Vous avez besoin d’un album instrumental inspiré, doux et rassurant, je le sais. C’est donc vers celui-ci que vous pouvez vous orienter. Ne sombrant pas dans la facilité, cette musique sait prendre son temps. Elle se situe d’ailleurs en dehors de toute mode, presque de tout courant, pouvant plaire aussi bien aux fans de Philip Glass qu’à ceux de Mogwai. A moins que vous ne juriez que par le Speed-trash-metal, il est indiqué de jeter une oreille sur Eluvium.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Eluvium : Copia 23 avril 2007 13:53

    Tiens, les gens sont-ils avares de commentaires pour le moment ?
    Ou alors, c’est le système de commentaires qui ne marche pas ?
    Testons voir....

    repondre message

  • Eluvium : Copia 26 septembre 2007 17:44, par nellospace

    Je suis d’accord, cet album mérite qu’on prenne le temps de l’écouter.

    Ca peu prendre un peu plus de temps à assimiler si vous n’êtes pas amateur de musique ambiante, mais en bout de ligne ca vaut vraiment la peine car il reflète beaucoup d’émotions à travers ses mélodies lentes et calmes.

    repondre message

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)