Accueil > Critiques > 2004

Bénabar : Live Au Grand Rex

mardi 8 août 2006, par marc


Chic, un Bénabar à critiquer. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut parler de ses compagnons de route. Trois albums studio, pas un de plus, et ça lui a suffi pour créer un univers. Evidemment, on ne va pas crier à la nouveauté musicale renversante, mais c’est l’efficacité qui l’emporte.

Un bon chanteur est par exemple celui qui met des mots sur des émotions et des situations qui auraient pu nous arriver. C’est une condition suffisante mais évidemment pas nécessaire.
Un live donc, objet souvent inutile et destiné à remplir le tiroir-caisse. Mais ici ce n’est pas le cas. Car c’est sur scène que tout Bénabar prend son sens. Les orchestrations à l’ancienne, les interventions avec le public, l’énergie, tout se cristallise face aux gens.

Fini de chercher comme un perdu des live de qualité sonore douteuse, fini de cacher aux gens ces chefs d’oeuvre de second degré que sont La chanson de Kehul et Le slow, fini tout ça. En prime, un morceau lourdingue avec Henry Salvador (mais pourquoi Keren Ann est-elle allé le sortir de son hospice ?). L’humour des années ’50 (le blouse du dentiste écrit par Vian) n’a plus la cote. Tout fout le camp ma pauv’ dame. Par contre Michel Delpech (oui, bon, Joe Dassin est mort aussi...) fait un joli moment de Quand j’étais chanteur.

Donc si vous n’avez pas encore d’album de Bénabar, en voici une sélection très bien enregistrée, cet album est fait pour vous. Si vous avez quelques albums de Bénabar, voici quelques autres titres qui vous donneront envie de tout connaître, cet album est pour vous. Si vous avez tout Bénabar, voici des versions flamboyantes, cet album est pour vous. Si en plus vous aviez tous les morceaux inédits, les voici en bien enregistrées et légalement, s’il vous plaît, cet album est fait pour vous. Si vous n’avez jamais vu Bénabar en concert, vous allez comprendre pourquoi vos potes avaient le sourire en en revenant, cet album est fait pour vous. Si vous avez déjà vu Bénabar en concert, vous allez vous remémorer un très bon moment, cet album est fait pour vous. La seule question à se poser finalement, c’est celle qui dit trancher entre la version avec l’image (le DVD) ou sans (le Cd, donc). (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Bénabar : Live Au Grand Rex 17 février 2007 16:17, par mareck

    hello bien résumé ...L’idée du live peut avoir bien sûr ce coté trés "commercial" mais dans le cas de ce cher Bruno et ses musicos, sortir un Live semble une suite logique au vu du nbre de concerts qu’ils font...N’oublions pas que Bénabar revendique (et espérons que cela dure le plus longtemps possible) que son métier, c’est les tournées et les concerts...Quand au choix du cd ou du dvd, moi j’ai pas hésité =) j’ai pris les deux (mais aussi parce que je le pouvais !)At chao

    repondre message

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit (...)