Accueil > Musique > 2009 > Neko - One Hit Wonder EP

Neko - One Hit Wonder EP

mercredi 4 novembre 2009, par Marc

Merci Nathalie


Non, ce projet lillois n’a rien à voir avec la rouquine Neko Case chroniquée plus tôt dans l’année. Dire « c’est du post-rock avec guitares » c’est déjà vous donner une forte indication, surtout au vu de l’étroitesse de mes références dans le genre. Voyons les caractères particuliers au groupe pour que vous puissiez vous faire une meilleure idée

Evidemment, le plus simple à l’heure actuelle est d’aller faire un tour sur leur myspace mais si vous tenez à des comparaisons, j’ai trouvé ici un coté plus carré et linéaire que les traditionnelles montagnes russes ou quiet-loud-quiet de leur coreligionnaires et qu’ils ne misent pas tout non plus sur le pur bidouillage de son. Quand ils font tinter les arpèges, c’est plus monotone (Oskar, Superstar) mais c’est pour placer un passing le long de la ligne, je veux dire une brusque montée en puissance. Et cet EP (leur second) se termine par une belle intensification (Selene’s Orbit).

Etrangement, les extraits de dialogue, qui ont souvent une fonction d’ambiance (on pense aux vieux films chez Beirut) apportent ici une tension dramatique sur Dirty Nathalie (Portman dans le terrifiant Closer ?). Il faut dire que les mots très durs (la déprimante scène finale) résonnent bien sur ces guitares bardées d’écho. On tient donc là le meilleur morceau sans conteste, celui qui apporte un relatif neuf et qui permet de clairement les distinguer sur une scène où les non-spécialistes ont du mal à distinguer les différences subtiles entre les formations. Comme souvent dans la caste post-rock, les morceaux sont impeccablement exécutés. Donc si vous vous reconnaissez comme audience potentielle de cette formation, je pourrai estimer que ma part de travail est accomplie.

Sur Myspace : http://www.myspace.com/nekorama

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez [Filiamotsa-When the vowels fall by L&S

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)