Accueil > Musique > 2010 > Kramies - Castle Of Ghosts

Kramies - Castle Of Ghosts

dimanche 28 mars 2010, par Marc

Bâillement salutaire


Alors qu’il n’y a pas si longtemps, faire des découvertes était possible mais pas toujours facile, il faut maintenant une solide dose de patience pour faire le tri dans le flot continu des suggestions. C’est complètement par hasard que cet album s’est présenté à moi, mais ce n’est pas le même hasard si je m’y suis repenché.

Peut-on trouver du charme à de l’anodin ? La quasi certitude que ça va rester confidentiel le rend de toute façon sympathique, parce qu’on peut l’écouter avec une vraie oreille neuve, et qu’il ne fera sans doute jamais partie de la musique subie.

La mollesse générale qui s’en dégage n’est pas désagréable, mais condamne à une écoute distraite. Ou alors est-ce mon état d’esprit qui entre par intermittence (ça n’a pas été le cas à chaque fois) en résonance avec cet album. Tout semble un peu fatigué, comme du rock qui voudrait prendre une pause, et cette sensation de spleen a parfois fait mouche chez moi. Castle Of Ghosts est à cet égard exemplaire. C’est sur la longueur que transpire la langueur, par petits pas successifs.

Les ingrédients de ce rock un peu planant ? Une bourdonnante basse qui martèle, parfois un clavier qui n’aurait pas paru déplacé sur le Disintegration de Cure (Castle Of Ghosts) et des traces de ce que les plus optimistes de nature rattacheront à Mercury Rev. Dans le genre des pas de genres ou d’un genre à eux seuls, il y a Destroyer (surtout sur The Manor and The Fountain ou Castle Of Ghosts).

Evidemment, tout n’arrive pas ainsi à séduire, ainsi il me semble presque inutile de ralentir le tempo alors que le spleen est déjà tellement présent au mid-tempo. Je baille donc sur Systems Flow. Pour les mêmes raisons, une boîte à rythmes n’apporte que peu à Mime. Mais au moins évite-on un album reposant sur un seul principe au prix d’une seconde partie moins emballante.

La musique est faite aussi d’évocations, d’états d’esprit. Et si la mélancolie tenace, l’ironie ou l’euphorie sont souvent représentées, la fatigue n’est que rarement évoquée. Je doute que Kramies avait ça en tête au moment d’enregistrer son album, mais le spleen non forcé, la maitrise de l’intensité sans vouloir émouvoir à tout prix donne un Castle Of Ghosts parfois attachant dans son détachement, même si l’oubli est la sentence probable.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)