Accueil > Musique > 2004 > PJ Harvey : Uh Huh Her

PJ Harvey : Uh Huh Her

jeudi 10 août 2006, par Marc


’Le rock alternatif pour les nuls’, voilà la première idée qui m’est venue en tête à l’écoute de cet album. La variété des titres, l’attitude (il faut la voir entonner , seule devant 70.000 personnes, Rid of me à la guitare électrique, la boot en paillettes couleur drapeau américain sur le bac de retour) et l’intransigeance. Le dernier album en date était de plus assez bon.

Revue de détail des forces en présence :
The Letter, Who the fuck ? par exemple sont de parfaits brûlots, âpres et rêches comme on les aimait sur Dry et Rid of me (les premiers albums, qu’on ne doit aborder qu’en connaissance de cause).
Pocket knife et Slow drug, par contre, auraient eu leur place sur le très vénéneux et moins innocent qu’il n’y paraît To bring you my love et le son plus touffu de Cat on the wall sieraient parfaitement à Stories from the city, stories from the sea.

Shame, par contre, ne ressemble à presque rien d’autre. est-ce pour cette raison qu’il s’agit d’un des titres les plus réussis ? Ils conctituent en tous cas que la donzelle ajoute des cordes et des ambiances à son arc. On pourrait en dire la même chose des cloches qui ponctuent You come through.
La dernière partie de l’album se compose de The end, un instrumental reposé, de The desperate kingdom of love et The darkers days of me and him qui entourent le bruitiste et fort opportunément nommé Seagulls, comme pour prendre congé en douceur du gentil auditeur.

Pourquoi cette énumération et ce jeu des correspondances ? Pour accentuer encore le côté ’synthèse’ de ce (très bon, on ne l’a pas encore dit) album.
On le voit, le choix et même l’ordre des morceaux sont très étudiés, pour encore augmenter la cohérence et la force. Comme souvent, l’intérêt croît à chaque écoute, c’est souvent le signe des oeuvres qui durent.

Pour ceux qui ont suivi patiemment la carrière de Polly Jean, c’est une belle confirmation de sa forme et de sa carrière. Pour les autres, c’est la porte d’entrée pour une des plus passionnantes discographies contemporaines qui soient. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • PJ Harvey : Uh Huh Her 25 décembre 2007 22:40, par vic

    C’est la fin de l’année 2007, et PJ a sorti un nouvel album merveilleux depuis plus de quatre mois. Je constate avec surprise qu’il n’a pas été chroniqué ici ! Gaffe, vous êtes en train de manquer l’album de l’année 2007 !

    repondre message

    • PJ Harvey : Uh Huh Her 25 décembre 2007 22:54, par Fred

      Salut Vic,
      oui, on est en retard et ça fait un bon moment qu’il traine dans nos cartons.
      Bon, une semaine de vacance devant moi, je me mets donc au défi de réaliser ton voeu avant l’an neuf.

      repondre message

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)