Accueil > Critiques > 2010

Menomena - Mines

vendredi 30 juillet 2010, par marc

C’est beau le complexe


On peut se renseigner, lire ce qu’il faut, rien ne remplace vraiment un séjour sur place pour s’imprégner des tendances. C’est pour ça que les mois passés à Seattle m’ont permis de découvrir tant de choses. Parmi ces groupes cultes ramenés sous le bras, le moins remarquable n’est sans doute pas Menomena. Pas encore très connu ici à l’époque (début 2007), l’album Friend And Foe suscitait une attente fébrile là-bas. Je suis tombé sous le charme tout de suite, de ces petits coups de foudre qu’on adore partager, parce qu’en musique le partage est un plaisir aussi.

Depuis, la notoriété du groupe a considérablement grandi, et a rejailli dans le petit monde des passionnés sur des projets secondaires comme Ramona Falls. Comme je n’ai pas écouté ce dernier, il faut croire que je ne suis pas passionné. Mais trêve de considérations bidon, il y a un album d’un groupe unique qui nous attend.

Parce que ce groupe est vraiment unique. C’est flagrant quand on découvre le groupe, évident quand on entend un nouvel album, et déroutant quand on essaie de trouver des ressemblances avec d’autres formations. Parce qu’à part le saxophone (sur BOTE notamment) qui m’a rappelé les défricheurs de Morphine (pas le son, le fait d’utiliser un sax), on ne peut pas dérouler une litanie de proches, tactique souvent utilisée pour le critique en panne d’abstraction.

On attend toujours leurs déluges de batterie compacte, fébrile, qui semble apporter autant d’ordre que de chaos (ce qui doit déconcerter les amateurs de thermodynamique). Il faudra attendre TAOS pour ça, Evil Queen Bee servant à (ré)installer de façon subtile tout leur univers avec plus de douceur. Dans leurs habitudes pourtant, on regrettera les pochettes du graphiste Craig Thompson

Encore une fois, c’est la musicalité qui est remarquable, et fait passer leurs plus aventureux collages sans effort apparent. D’autres (Of Montréal, Xiu Xiu, l’insupportable Micachu,Dirty Projectors) étant bien plus exigeants pour leurs auditeurs. Et puis leur légère mélancolie peut souvent déboucher sur une intensité rare. C’est ce qu’on a avec Killemall, avec une mélodie qui facilite l’approche et en fait un des meilleurs morceaux de l’album. Donc de l’année tout simplement. De même, la longue et réussie intro de cloches pour Tithe annonce un morceau à la dérision mordante.

Evidemment, ce n’est pas la même surprise que la première fois, mais retrouver un Menomena à son niveau est une satisfaction de premier ordre. L’intensité de ces garçons n’a pas fléchi et leur pop complexe et attachante nous suivra longtemps encore. Il existe des mondes musicaux d’une cohérence rare, et il nous est indispensable de les visiter de temps en temps.

L’avis de Benjamin de Playlistsociety

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Menomena - Mines 30 juillet 2010 17:57, par Lionel

    "Evidemment, ce n’est pas la même surprise que la première fois"

    Je les ai connu avec l’album remarquable "Friend and Foe". J’ai écouter par après leur premier album "I am the fun blame monster", Un album qui devait être super intéressant sur le plan musical mais qui était un peu fébrile par rapport au chant.

    J’ai discuté avec un ami (qui est aussi un grand fan) du dernier album et comme moi, il le trouve trop monotone pas assez accrocheur, moins impressionant, c’est peut-être du à l’effet de surprise en effet, mais les chansons ne donnent pas le même sentiment que j’ai eu pour celles de "Friend and Foe". C’est album était merveilleux, un rock orchestral et des sons tellement parfaits... j’en reste encore sur le cul. Prenez le single "Wet and Rusting" par exemple, vous découvrez une voix superbe, très douce, avec des effets et une gratte mélancolique à souhait, une mélodie de piano qui pourrait même faire chialer Yann Tiersen. Un son de basse (un système avec des pédales si je ne me trompe pas) qui ressortait de cette orchestre et qui nous faisait dire un "Woaw..." (admiratif).
    Prenez aussi la chanson "The Late Great Libido" qui était déjà moins parfait niveau sonore ( on sentait les débuts), mais le solo de guitare de cette chanson est tout bonnement divin.

    Tout ces souvenirs que j’ai eu avec ces 2 albums, je ne les retrouve pas dans ce dernier album. Il manque vraiment quelque chose de stupéfiant, d’émouvant, quelque chose qui prête attention.

    Reste que l’album n’est pas mauvais hein, d’ailleurs je vais les voir au Bota à l’occasion du festival ( que je ne connaissais pas mais qui a l’air fort intéressant) Autumn Falls.

    repondre message

    • Menomena - Mines 31 juillet 2010 17:06, par Marc

      Sans doute que cet album réserve moins de chefs-d’oeuvres. Les deux que tu cites font tout simplement partie de mes préférés, tous groupes confondus. A l’époque où je les avais découverts, beaucoup de gens m’avaient dit préférer le premier album (ils étaient déjà connus outre-Atlantique), dont la très rare pochette origami est un must de collectionneurs.

      L’affiche de ce mini-festival au Bota a l’air vraiment bien en effet (Menomena, Beach House, Caribou, Blitzen Trapper), de quoi se consoler de l’hiver avec un petit festival sympa...

      repondre message

      • Menomena - Mines 2 août 2010 08:55, par Mathusalem

        Hello...
        Cette année est tellement chargée en bonnes choses que j’ai un peu de mal à me maintenir dans le flux...D’aucuns prétendront que c’est l’âge... Ce en quoi ils n’auront pas tort.
        Je te suis en tous points, cet album est excellent, certes l’effet de surprise n’est plus là, mais la magie sonore, le traitement des sons perdure...
        ("Friend Or Foe" m’avait au départ interpellé par le biais du magnifique clip d’Evil Bee, une écoute attentive du reste de l’album avait achevé de me convaincre qu’il s’agissait d’une perle...Et cet album semble taillé du même bois)...
        Petit bémol pour la pochette, peut être...

        repondre message

    • Menomena - Mines 2 août 2010 16:25, par Benjamin F

      J’avoue passer des mois à Seattle, ça doit faire la différence. Pour le Menomena, on est à peu près en phase. Je lui reproche juste ce manque quintessence dans le songwriting. Oui il manque parfois de grands moments, et au moment des comptes, cette absence s’avère assez significative...

      (Merci pour le lien au fait^^)

      repondre message

      • Menomena - Mines 28 novembre 2010 15:35, par Lionel

        Après une bonne vingtaine d’écoutes, je retire ma critique.

        C’est album est génial, différent des 2 précédents et on va dire... plus rythmé, plus rock. =)

        Vivement ce soir !

        repondre message

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)