Accueil > Critiques > 2010

Cloud Cult - Light Chasers

vendredi 24 septembre 2010, par Fred, marc

"Arcade Fire Bio"


Quand on découvre un groupe via son septième album, on se doute de l’immensité des choses à découvrir. Quoiqu’il semble douteux que cette immensité soit aussi réjouissante que ne l’est Feel Good Ghosts, un des meilleurs albums de 2008. On était donc très content de retrouver le son de ce groupe d’americains, leurs violons, leurs envolées, ce côté tristement positif.

Ce qu’on avait aimé, c’est leur versatilité, leur décalage qui ne se croyait pas obligé de jouer les petits comiques, leur capacité à composer ce qui s’apparente à des hymnes discrets.

La principale différence sur ce Light Chasers, c’est qu’au fil des premières écoutes, l’album passe tout seul, mais alors qu’on pensait avoir du mal à faire un tri parmi toutes ces idées presque bonnes, on se rend compte qu’il y aura moins de surprises. La comparaison avec Feel Good Ghost n’est pas tendre de prime abord parce qu’on a moins ce sentiment d’émerveillement béat, de balade dans un parc d’atttraction fascinant. Mais ils arrivent toujours à nous toucher, en ajoutant la juste mesure de pathos et d’émotions requise à leur interprétation, sans jamais en devenir larmoyant.

La versatilité qui autrefois vous sautait à la face se révèle mieux maintenant dans l’analyse, quand on détaille et qu’on constate qu’il y a quelques grands écarts qui sont presque passés inaperçus. Puisqu’on passe de l’hymne unanimiste de There’s So Much Energy In Us qui sonne comme une chorale un jour de cérémonie de proclamation au riff plus soutenu (mais pas gras) de Today We Give Ourselves To The Fire ou You’ll be Bright qui ne reculent pas devant un synthé. A une autre extrémité se trouve le violon impeccablement placé du délicat You Were Born, sans doute sensé célébrer la naissance récente d’un bébé chez Mr et Mrs Minowa, respectivement le chanteur et l’illustratrice.

On trouve encore quelques beaux exemples d’efficacité sur des morceaux à l’instrumentation complexe Room full of people In Your Head, avec son piano, ses cuivres ou Forces of the Unseen qui équilibre les cordes harmoniques, la harpe et les apports rock du groupe dans une volonté hymnesque qui leur est propre : Leurs morceaux comme The Exploding People font toujours mouche, avec leur vocoder, et un air de musique de film qu’on trouverait sans doute un peu douteux chez d’autres qu’eux. Serait-on partiaux ? Oui, même si on n’oublie que leur grand n’importe quoi pourtant si mélodique s’est perdu au profit d’une belle maîtrise.

On a l’habitude de préférer l’album qui nous a fait découvrir un groupe. Ce sera encore le cas ici parce que Feel Good Ghosts nous aura marqués, et qu’on ne retrouve pas ici la même folie qui peut générer le coup de foudre à la première écoute. Mais ils restent spectaculaires d’une façon qui n’est pas du au désir de remplir des stades pour l’ego. Par les temps qui courent, c’est réconfortant. En montant en neige des morceaux moins fous, ils donnent une fausse impression de rentrer dans le rang. Il manque peut-être ici le grain de folie qui avait fait de Feel Good Ghosts un si bon souvenir.


Répondre à cet article

5 Messages

  • Cloud Cult - Light Chasers 24 septembre 2010 20:38, par Laurent

    Hé bé, moi qui étais persuadé (légende urbaine ?) que le groupe avait splitté... Je ne sais pas où j’ai été chercher ça...

    repondre message

    • Cloud Cult - Light Chasers 27 septembre 2010 08:16, par Marc

      Bien honnêtement, je n’avais pas eu vent de cette rumeur... Ou alors je n’ai pas laissé trainer les oreilles au bon endroit.

      repondre message

  • Cloud Cult - Light Chasers 5 octobre 2010 16:08, par arno

    vous m’avez l’air d’être un fervent admirateur de feel good ghosts, à ce compte là je n’ai qu’une chose à dire, je vous conseille chaudement advice from the happy hippopotamus, qui est lui est antérieur, les bonnes idées étaient déjà présentes et puis avec un nom d’album pareil, cela ne se refuse pas.

    repondre message

  • Cloud Cult - Light Chasers 26 décembre 2010 08:20, par Robja

    Bon, je crois bien que je vais m’installer durablement ici. Non, plus sérieusement, c’est une mine d’or, ce site. Agrémenté d’une belle plume (d’originie littéraire ?), de surcroît. Merci pour les découvertes (et pourtant je fouine pas mal sur le net en quête de nouveaux groupes comme celui là). J’écoute et c’est vrai que c’est à part, mais The Kissaway Trail (ou My Latest Novel) est sur la même mouvance. C’est tout aussi magnifique. (Je me rends compte que je ne peux pas m’empêcher de comparer, mais bon, j’espère ne pas désindividualiser le groupe de son identité propre en le comparant, puisque comparer, c’est réduire, en quelque sorte).

    repondre message

    • Cloud Cult - Light Chasers 26 décembre 2010 16:34, par Marc

      Sois le bienvenu ! Mets-toi à l’aise.

      Kissaway Trail, je ne les connais que pour les avoir vus récemment en concert (c’est raconté ici) et ils m’ont semblé plus linéaires, moins créatifs. My Latest Novel évidemment, c’est d’un autre niveau, même si le premier album est bien supérieur à la suite. Je pense qu’il est logique d’essayer de trouver des similitudes entre les groupes. Tant qu’on leur reconnait un intérêt propre, il n’y a pas de risque de le désinividualiser.

      Dans le genre, je pense que tu aimeras The Dark Water Hymnal. On en reparle très prochainement.

      repondre message

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)