Accueil > Musique > 2011 > TV On The Radio - Nines Types Of Light

TV On The Radio - Nines Types Of Light

samedi 30 avril 2011, par Marc

Comme une couque à la poste


Tv On The Radio, c’est l’avantage de provoquer de la solitude deux fois. Tout d’abord en ayant l’impression d’être le seul à être passé à côté de Desperate Youth, Blood Thirsty Babes. Et puis en me rendant compte qu’autour de moi, personne ne partageait mon enthousiasme pour Return To Cookie Mountain, à part évidemment pour l’énorme Wolf Like Me. Conclusion, le critique est un peu comme un adolescent, guettant malgré lui les occasions de se sentir différent. Mais surtout, il y a chez le groupe New-Yorkais cette connivence nécessaire avec leur démarche et leur résultat. Étrange snobisme, comme celui des fans de la série Mad Men qui peinent à mettre en mots leur fascination sincère.

Il faut au moins accepter une constatation à l’heure d’entamer l’écoute. Les groupes essentiels ne peuvent pas toujours pondre des albums essentiels. Les deux derniers l’étaient probablement, celui-ci ne l’est pas, mais reste très agréable. On retrouve le groupe où on les avait laissé, au confluent de beaucoup de choses et décidés à en découdre avec la physique en montrant que le mélange de chaud et de froid ne donne pas nécessairement du tiède.

Le premier abord est habituel, et semble fermé. Mais on sait que ce n’est qu’au fil des écoutes qu’il se dévoilera. Tout tient en tous cas en place, du mélange des voix à large spectre aux cuivres. Les efforts mutuels des deux chanteurs donnent en tous cas de bons résultats. Sur Caffeinated Conscience, ils ont la classe qui ne fait jamais sombrer. De même, ils savent encore faire décoller Repetition, même si on est étonnés de les sentir forcés de s’époumoner sur No Future Shock. Ils semblent parfois tourner autour du pot, et même dans les moments plus apaisés comme Killer Crane ils peinent à reproduire leur propre magie.Mais ne vous méprenez pas, tout passe encore souvent comme une couque à la poste.

Quand on a une fois pu entrer dans un album de TV on The Radio, on sait plus ou moins ce qu’on y cherche. Mais ceux qui vont découvrir le groupe par celui-ci ou simplement retenter leur chance ont des chances de rentrer bredouilles. C’est pour ça que cet album ne poussera pas au prosélytisme mais permettra dans le meilleur des cas de garder les plus motivés des convaincus qui auront un os à ronger en attendant de plus palpitantes sorties.

Toujours plaisant mais en retrait. Voilà une phrase que j’aurais tellement pu employer cette année que je compte m’en faire un tampon. Ce qui fait le charme de TV On The Radio est assez évanescent, donc il était difficile de mettre le doigt sur ce qui plait. Et en cas de baisse de régime, il est également compliqué d’identifier ce qui ne va pas. Il aurait sans doute fallu un peu plus de quelque chose (de bruit, d’expérimentation, de noirceur) pour en faire un album qu’on réécoutera souvent.

L’avis de Benjamin est assez compatible

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)