Accueil > Critiques > 2011

Shearwater - The Island Arc

samedi 28 mai 2011, par marc

Petit supplément


The Island Arc, c’est le nom donné à la trilogie formé par les trois derniers albums de Shearwater. J’avoue que comme beaucoup j’étais un peu passé à côté de la commonalité des thèmes de ces albums. Ce qui était certain par contre, c’est qu’ils sont tous trois presque parfaits. L’article du jour ne concerne pourtant pas un coffret luxueux mais des extraits des trois heures de la prestation finale de leur tournée, dans leur ville d’Austin, Texas.

Il faut que je l’avoue, ceci est un vil prétexte pour vous parler de ce groupe qui m’apparaissait comme sympathique puis intéressant avant de devenir un de mes préférés tout court. On ne peut pourtant pas dire qu’ils soient restés inactifs. On les a retrouvés l’an passé sous le nom d’Enron, pour un album instrumental un peu confidentiel mais très honorable. Jonathan Meiburg a aussi enregistré un album avec James Stewart de Xiu Xiu. Ca s’appelait Blue Water Black Death et on vous en a parlé ici. Il a aussi participé à l’album de ses amis d’Okkervil River.

Mais là on s’éloigne du propos. Shearwater, c’est un des groupes les plus délicats qui soient mais c’est aussi bien plus qu’une jolie petite chose. Pas convaincus ? L’épique Snow Leopard est là pour le rappeler, tout comme le bruit coordonné de South Col. Reproduire la tension des albums, c’est déjà toute une performance en soi. Pour mettre tout le monde d’accord, ce petit disque commence par Hail Mary (datant de Palo Santo). La performance vocale y est à son summum, de la puissance à la suggestion la plus intense, et puis la déflagration sonore de la seconde partie est tout simplement terrifiante. C’est un groupe au sommet de son art qui montre un peu la voie à suivre, qui rappelle qu’être d’excellents interprètes est une condition rarement suffisante mais toujours nécessaire pour être un grand groupe.

Voilà, Jonhatan Meiburg pose sa voix en douceur, éructe parfois, mais fascine à chaque fois. En tous cas, c’est ce que je ressens et je suis loin d’être le seul. Quand il monte sur Landscape At Speed, ça fonctionne en tous cas.

Oui, il y a une grandiloquence là-dedans, mais elle est mise au service de l’émotion. Comment un groupe aussi important n’a-t-il pas ‘explosé’ ? On a pensé que c’était arrivé en 2008, quand ils ont dû annuler leur prestation au festival de Dour pour accompagner Coldplay sur quelques dates de leur tournée américaine. Mais non, et pour nous l’effet positif est de pouvoir les écouter dans les conditions idéales d’une petite salle. Pour les fans, certains morceaux plus rares sont ici repris, et ils sont une autre raison pour les amateurs de se pencher sur ce live.

Ici comme souvent, le live n’est qu’une piqure de rappel, un petit supplément. Il rappellera à certains que quand Sherwater est dans le coin, le déplacement s’impose et montrera qu’un des groupes les plus importants de l’époque n’a pas l’éclairage qu’il mérite. On ne changera pas d’opinion sur l’intérêt souvent relatif des albums live. Celui-ci ne déroge pas vraiment à la règle, mais une petite dose supplémentaire de Shearwater, c’est toujours bon à prendre. Les entendre dans un contexte public est en tous cas une excellente façon de confirmer leur excellence. On en reparle pour un vrai album en 2012 (ils viennent de signer chez Sub Pop). Ca se voit que je l’attends déjà ?

Ca s’écoute et s’achète ici

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Shearwater - The Island Arc 3 juin 2011 11:28, par Mathusalem

    Pour les avoir suivi depuis quelques années (Suite à un de tes articles par ailleurs...Merci), Je ne suis pas loin de penser que cette trilogie a marqué pour mois la première décennie de ce siècle, pour les avoir aussi vu sur scène, je me demande si, pour une fois, tu n’aurais pas dû noircir la cinquième étoile....

    repondre message

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)