Accueil > Musique > 2011 > Benjamin Biolay - Pourquoi Tu Pleures ?

Benjamin Biolay - Pourquoi Tu Pleures ?

lundi 4 juillet 2011, par Marc

Une poire pour la soif


Qu’est-ce qui peut pousser un musicien de la trempe de Benjamin Biolay à s’essayer au cinéma ? On peut sincèrement se poser la question, même s’il faut avouer que je n’ai pas vu ce film. Après le raz-de-marée critique de La Superbe (on était du nombre), il est étonnant de voir sortir ce Pourquoi Tu Pleures ? dans une telle discrétion. Certes, il ne s’agit pas d’un ‘vrai’ album, et ses talents d’acteur n’ont pas la réputation de ceux d’auteur et interprète, mais les nombreux amateurs de celui qui a patiemment bâti sa solide réputation ne devraient pas passer à côté de cet entremets de bonne facture.

Parce que pour eux, il y a ici tous les ingrédients qui ont fait sa réputation comme les surgissements et la variété des traitements. Il ose les synthés kitsch (il n’est jamais que le 419ème cette année) sur Pas La Forme, qui placé après un instrumental de haute tenue et une chanson en Anglais (You Have Changed par Ana Zimmer) qui tient remarquablement la route, semble contredire son titre.

L’exercice de la BO est connu, et lui-même s’y est prêté plusieurs fois. Pourtant, on ne retrouve pas ici quelques chansons éparses dans un nuage d’instrumentaux mais une grosse poignée de morceaux qui auraient eu leur place sur les albums précédents. Le Bonheur Mon Cul (un titre qui trahit son auteur, enfin, ça ne sent pas Michel Fugain quoi) sur une nappe langoureuse n’aurait pas déparé la discographie de Barry White. C’est un peu kitsch, certes, mais très efficace. Il y a toujours cette porte ouverte, une idée qui le distingue, la bonne basse de L’Amour à Mes Pieds qui sauve le morceau, ou plus précisément l’élève. Dans le même ordre d’idées, le violon de J’ai Des Doutes et Pourquoi Tu Pleures est tout bonnement impeccable.

La musique lounge d’un insondable ennui, je ne suis pas trop partisan, surtout si les paroles ne sont pas renversantes. Vous aurez compris que je me serais passé de L’Homme De Ma Vie. De même, le piano-voix Mon Amour Ma Chérie montre une inadéquation entre ce qui pourrait sembler une suite à Ton Héritage et une écriture d’enfant en bas-âge. Renseignements pris, il s’agit d’une chanson d’Amadou Et Mariam, qui sont connus pour plein de choses, mais pas pour des textes profonds et ciselés. Au rayon des reprises, Reste-Moi Fidèle (d’Enrico Macias, sisi) colle mieux à son répertoire que le gentiment nunuche C’est Magnifique (initialement de Dean Martin mais importé par Luis Mariano).

Ne nous leurrons pas, ce recueil de chansons de film n’est pas charpentée comme un album de Benjamin Biolay, il n’en a ni la constance ni l’ampleur, mais entre les exercices imposés (les morceaux instrumentaux) et des reprises pas toujours au top, on retrouve ces chansons désabusées et flamboyantes qu’on aime tant chez lui. Dans la mesure où ceci est un album de transition, sans l’ambition d’une œuvre définitive, on peut dire qu’il y a pour l’amateur de quoi étancher sa soif de nouveauté.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)