Accueil > Musique > 2011 > Benjamin Biolay - Pourquoi Tu Pleures ?

Benjamin Biolay - Pourquoi Tu Pleures ?

lundi 4 juillet 2011, par Marc

Une poire pour la soif


Qu’est-ce qui peut pousser un musicien de la trempe de Benjamin Biolay à s’essayer au cinéma ? On peut sincèrement se poser la question, même s’il faut avouer que je n’ai pas vu ce film. Après le raz-de-marée critique de La Superbe (on était du nombre), il est étonnant de voir sortir ce Pourquoi Tu Pleures ? dans une telle discrétion. Certes, il ne s’agit pas d’un ‘vrai’ album, et ses talents d’acteur n’ont pas la réputation de ceux d’auteur et interprète, mais les nombreux amateurs de celui qui a patiemment bâti sa solide réputation ne devraient pas passer à côté de cet entremets de bonne facture.

Parce que pour eux, il y a ici tous les ingrédients qui ont fait sa réputation comme les surgissements et la variété des traitements. Il ose les synthés kitsch (il n’est jamais que le 419ème cette année) sur Pas La Forme, qui placé après un instrumental de haute tenue et une chanson en Anglais (You Have Changed par Ana Zimmer) qui tient remarquablement la route, semble contredire son titre.

L’exercice de la BO est connu, et lui-même s’y est prêté plusieurs fois. Pourtant, on ne retrouve pas ici quelques chansons éparses dans un nuage d’instrumentaux mais une grosse poignée de morceaux qui auraient eu leur place sur les albums précédents. Le Bonheur Mon Cul (un titre qui trahit son auteur, enfin, ça ne sent pas Michel Fugain quoi) sur une nappe langoureuse n’aurait pas déparé la discographie de Barry White. C’est un peu kitsch, certes, mais très efficace. Il y a toujours cette porte ouverte, une idée qui le distingue, la bonne basse de L’Amour à Mes Pieds qui sauve le morceau, ou plus précisément l’élève. Dans le même ordre d’idées, le violon de J’ai Des Doutes et Pourquoi Tu Pleures est tout bonnement impeccable.

La musique lounge d’un insondable ennui, je ne suis pas trop partisan, surtout si les paroles ne sont pas renversantes. Vous aurez compris que je me serais passé de L’Homme De Ma Vie. De même, le piano-voix Mon Amour Ma Chérie montre une inadéquation entre ce qui pourrait sembler une suite à Ton Héritage et une écriture d’enfant en bas-âge. Renseignements pris, il s’agit d’une chanson d’Amadou Et Mariam, qui sont connus pour plein de choses, mais pas pour des textes profonds et ciselés. Au rayon des reprises, Reste-Moi Fidèle (d’Enrico Macias, sisi) colle mieux à son répertoire que le gentiment nunuche C’est Magnifique (initialement de Dean Martin mais importé par Luis Mariano).

Ne nous leurrons pas, ce recueil de chansons de film n’est pas charpentée comme un album de Benjamin Biolay, il n’en a ni la constance ni l’ampleur, mais entre les exercices imposés (les morceaux instrumentaux) et des reprises pas toujours au top, on retrouve ces chansons désabusées et flamboyantes qu’on aime tant chez lui. Dans la mesure où ceci est un album de transition, sans l’ambition d’une œuvre définitive, on peut dire qu’il y a pour l’amateur de quoi étancher sa soif de nouveauté.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)