Accueil > Critiques > 2012

Gravenhurst - The Ghost In Daylight

mardi 22 mai 2012, par Marc

Syndrome trois étoiles


On peut attendre des années les groupes qu’on aime. On peut même carrément oublier qu’on les attend. Et puis un beau jour ils sonnent à votre porte, et vous remplissent de joie, comme ces colis commandés il y a longtemps et qu’on n’attendait pas. Cinq ans séparent Western Lands de The Ghost In Daylight, mais on n’avait pas oublié le groupe de Nick Talbot.

Ces retrouvailles commencent de façon très acoustique, un des deux versants de la personnalité du groupe. Circadian, pourra même rappeler le classicisme absolu de Nick Drake. Le milieu de The Prize marque le glissement, mais avec des violons. Et puis les guitares déboulent, ça y est, l’album est sur orbite et nous le suivons ; Les guitares se délient dans un cocon de violon, on est en apesanteur, c’est Gravenhurst à son meilleur, en puissance subtile. On aura intérêt à profiter de ce sommet, parce qu’on n’y reviendra plus vraiment plus tard dans l’album.

Lors des premières écoutes, difficile de réfréner l’envie de déflagrations, de ne pas guetter au coin de chaque note de guitare la fêlure, la fissure par laquelle la rage contenue dans des morceaux trop jolis pourra s’épancher. On les a rencontrés en chemin vers ces Cities Beneath The Seas, un peu moins par la suite, mais le souvenir de feu et de glace ne s’est pas atténué, même sept ans après la sortie de l’album. C’est peut-être cette habitude jamais perdue de ceux qui attendent sur le perron les disparus à la guerre. En moins morbide, je vous l’accorde.

Pourtant, il faudra perdre cette attente pour pleinement profiter des bonnes choses de cet album, qui peut avec subtilité relever la guitare et la voix d’un tapis sonore tout simplement parfait. Fitzrovia peut dont s’étirer sur plus de 8 minutes sans dommage. Parfois aussi, c’est tout simplement joli, toujours digne, jamais mièvre. Et il est suffisamment doué pour se permettre des instrumentaux à la guitare sèche (Peacock). Mais rien à faire, on sait qu’il y a de la réserve, qu’on pourrait avoir droit à plus de ce sociétaire de Warp. On l’a dit, on n’attendait même plus d’album de Gravenhurst, comme ces formations adorées puis disparues (Snowden, quelqu’un ?). C’est un bon album parce qu’il reste remarquablement écrit et interprété, mais il faut dire que même pour cette année, ce n’est pas un jalon. On va commencer à parler de ‘syndrome trois étoiles’. Comme souvent dans ces cas-là, c’est le meilleur morceau qui donne le plus de regrets, qui nous rappelle le plus de souvenirs émus de ce qui nous manque un peu dans le reste, joli mais trop convenu.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)