Accueil > Critiques > 2012

Tristan Nihouarn - Sauf Erreur de Ma Part

dimanche 17 juin 2012, par marc


Le premier contact que j’ai eu avec cet album s’est fait au sortir de la boite aux lettres. Cette boite solide, rigide, rend un peu nostalgique d’un support. C’est très joli donc et assez surprenant, comme le sont les envois non sollicités. Sans aucun repère donc, je me suis lancé dans l’écoute. Ah oui, je dois aussi vous dire que c’était il y a quelques temps, parce que cet album m’a sorti de mes habitudes (ce qui fait que je mets pas de cote étoilée).

C’est le moins qu’on puisse dire parfois parce que la voix m’a tout d’abord évoqué… Pascal Obispo. Je ne sais pas trop où je suis allé chercher ça, et je vous assure que je n’ai fait de pari avec personne pour que cette allusion apparaisse et c’est assez flagrant sur certains morceaux. Intrigué, je me renseigne sur ce chanteur dont j’ignore tout et c’est là que j’apprends que Tristan était chanteur de Matmatah (séparé en 2008). C’est étrange, parce que cette référence est indécelable, tout au moins pour quelqu’un de peu familier avec leur discographie.

Mais l’essentiel, c’est que tout reste fluide et relativement sobre (Sauf Erreur De Ma Part), ce qui rend certaines fulgurances plus étonnantes (Mon amour tu me gerces/Tu m’abrases le derme) et le ton étrange, introduisant un peu d’originalité dans une description du quotidien finalement assez naturaliste. En l’absence de ces fulgurances donc, c’est parfois un peu entendu (Des Merveilles). Mais on peut entendre d’autres échos ; comme celui de Houellebecq sur Qu’Elles Viennent, dont la luxuriante orchestration est bien agréable, ou encore Bashung (Ton Chorégraphe, Tu Me Gerces). Donc on sent plein d’influences, parfois très hétéroclites, mais qui ne sont manifestes que par bribes donc qui empêchent les comparaisons frontales, ce qui est une bonne chose. Sinon, il peut se contenter d’une guitare et d’un violoncelle pour faire vibrer Darjeeling Amer).

Il faut le dire, c’est une petite excursion hors de mon camp de base que je me suis offerte sur cet album. Parce que je ne pense pas être dans le cœur de cible pour cette chanson française très bien exécutée mais sans doute trop peu viscérale et un peu convenue pour mes goûts. Cette réserve personnelle mise à part, j’espère que Tristan trouvera un public, son univers personnel mérite que les amateurs de variété s’y attardent.

http://www.myspace.com/tristannihouarn

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)